[3 premiers épisodes] The Handmaid's Tale de Bruce Miller (Hulu, 2017)


Série TV de Bruce Miller (Hulu, 10 épisodes).
Adaptation du roman de Margaret Atwood.
Avec Elisabeth Moss, Alexis Bledel, Yvonne Strahovski, Samira Wiley, Max Minghella, Joseph Fiennes, Ever Carradine...
Dans une société dystopique et oppressive, le taux de natalité n'a jamais été aussi bas, les femmes n'ont plus la place qu'elles avaient et sont à présent divisées en trois catégories : les épouses, les domestiques appelées les Marthas et les servantes dont l'unique rôle est la reproduction...
Diffusée sur la plateforme Hulu depuis le 26 avril avec trois premiers épisodes, The Handmaid's Tale est une série de science-fiction dont les thématiques ont la capacité de faire frémir notre société actuelle : pollution nucléaire, dioxines, perturbateurs endocriniens, et tout un tas de produits chimiques qui ont énormément endommagé le taux de natalité, sans oublier la mise en palce d'un régime totalitaire. Juste avant de regarder ces trois premiers épisodes de la série, j'ai vu le documentaire diffusé sur France 5 "Tampon, notre ennemi intime" (plus que quelques jours en replay), le parallèle entre les deux est particulièrement troublant et devrait alarmer les autorités sanitaires pour les années à venir. 

Les femmes et la fertilité sont donc au cœur de l'intrigue de cette série, des femmes qui ont perdu tous leurs droits acquis (droit à la propriété, emploi, compte en banque, liberté individuelle et sexuelle) au profit d'un régime politique dictatorial. Divisées en trois catégories, les épouses, les Marthas et les servantes ne possèdent plus aucune liberté. Même l'épouse est enfermée dans un carcan qui lui donne juste le droit d'avoir le pouvoir sur les deux autres. Stérile, elle soit laisser la place à la servante uniquement présente pour leur donner un enfant. Les viols répétés l'immobilisent entre les cuisses de l'épouse, au bord des larmes, et son mari, le commander. Terrifiant et glaçant... L'épouse a-t-elle pu choisir son mari par amour ? Y a-t-il (eu) de l'amour entre eux deux ? À qui doit-elle rendre des comptes, uniquement son mari ? les pouvoirs publics ?

La série suit surtout le récit d'Offred/June -interprétée par l'excellente Elisabeth Moss-, l'une des servantes habillées d'une robe et d'une cape rouge (sang) écarlate et vêtues de coiffes appelées wings. Nous la découvrons à la fois chez les Waterford (Yvonne Strahovski et Joseph Fiennes) et dans sa vie d'avant. Par le biais d'une voix off, l'intrigue nous plonge dans un cheminement mental empli d'inquiétudes (tout le monde est surveillé par tout le monde, des dénonciateurs invisibles appelés eyes), et nous montre son existence d'avant et la dégradation rapide d'une société déclinant vers un régime oppressif dont la principale mission ne laisse plus aucune place à la femme. Histoire d'enrober cette doctrine, une nouvelle religion est mise en place, obligeant chaque fidèle à formuler machinalement des mots précis et à participer à des scènes de violence organisées par le gouvernement, des actes qui font office de purgatoire pour ces servantes devenues esclaves.

D'un problème de fertilité est né une psychose où ce contrôle de la nativité s'est transformé en une hégémonie orientée contre les femmes. Quels pouvoirs détiennent vraiment les hommes ? Même lors d'un interrogatoire (bon choix d'acteur dont la voix très grave fait froid dans le dos), c'est une femme qui s'acharne sur la servante interpelée. La série parle aussi d'homosexualité, interdite dans ce système gouvernemental, les femmes concernées sont considérées comme des gender traitors. Alexis Bledel (Ofglen) incarne l'une d'entre elles, le troisième épisode s'achève avec son personnage dont la scène glace le sang. Après ces trois premiers épisodes, il m'était impossible d'attendre la mi-juin pour revenir sur ces débuts très prometteurs. Après un teaser, voici à suivre une bande-annonce. L'épisode 4 sera diffusé sur Hulu le 3 mai prochain.

Article sur l'actrice Elizabeth Moss.
Article sur une autre actrice du cast, Samira Wiley.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire