[Premiers Plans] L'Histoire du géant timide {Fúsi} de Dagur Kári (2015)


Film écrit et réalisé par Dagur Kári (2015).
Avec Gunnar Jónsson, Ilmur Kristjánsdóttir, Sigurjón Kjartansson...
Fúsi a 43 ans et vit encore chez sa mère. Il vit une existence ultra routinière, entre son travail de bagagiste à l'aéroport, des reconstitutions de batailles historiques en maquette, et une bière de temps en temps avec un ami. Plusieurs rencontres vont bouleverser cette vie monotone : une petite fille vient d'emménager dans l'immeuble, et le nouveau petit ami de sa mère va lui offrir des cours de country...
Le festival Premiers Plans a annoncé les résultats de la compétition hier soir, la soirée s'est achevée avec la projection du dernier film de l'islandais Dagur Kári. Cette fois-ci on retiendra le titre français, L'Histoire du géant timide, et non l'international qui a été traduit en Virgin Mountain, beaucoup trop réducteur compte tenu de cette excellente pépite pleine de tendresse. Le titre original a simplement opté pour le prénom de ce personnage principal : Fúsi. Le réalisateur était présent sur la scène de Premiers Plans hier soir, et a expliqué qu'en écrivant ce scénario, il pensait spécifiquement à l'acteur Gunnar Jónsson. S'il avait refusé le projet, Fúsi n'aurait jamais vu le jour. Et cela aurait été bien dommage.

Cette Histoire de géant timide illustre à merveille toute la beauté et la bonté que peut posséder un cœur humain. D'une nature réservée, Fúsi est la risée de ses collègues qui en profitent pour le malmener et le terroriser avec un sujet qui lui est complètement étranger : les femmes. À 43 ans il est resté un grand enfant dans un corps d'adulte, jouant uniquement aux voitures télécommandées et aux petits soldats. Pour lui, le contact avec une femme lui paraît totalement inaccessible. Tout change le jour où l'ami de sa mère lui offre des cours de country. Il n'assistera pourtant pas à cette première séance mais une tempête de neige va faire naître une rencontre avec une jeune femme. Cet aspect me fait toujours penser au terme québécois pour danse de salon : danse sociale. Quand la timidité empêche de discuter aisément, la danse est l'un des rares moyens pour entrer en contact avec quelqu'un d'autre. Une fois la première approche effectuée, Fúsi et Sjöfn vont se lier d'amitié et comme dit la jeune femme, la danse country est ringarde, mais quelle importance ?

Le film m'a beaucoup fait penser à un conte, dans sa construction et son approche sur le personnage principal. Sa nature solitaire est la caractéristique principale de ce récit, un tempérament qu'il va réussir à dépasser grâce à des rencontres inattendues. Si le titre français me plait tant, c'est parce que l'association de géant et timide donne tout de suite le ton sur ce personnage de Fúsi : différent des autres personnages qui l'entourent et en même temps, terriblement attachant. Il m'a aussi énormément rappelé le personnage de Totoro, sans le côté imaginaire, il ressemble à un gros ours affectueux dont l'unique dessein est d'aider cette jeune femme perdue dans sa mélancolie. Témoignage d'une grande générosité, le film est en plus très drôle, impossible à présent de cuisiner une crème brûlée sans penser à ce film. Le film sort le 24 février prochain, courez-y les yeux fermés, vous reviendrez avec le cœur rechargé en tout ce qu'on peut trouver de bon dans l'être humain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire