[bilan] Compte-rendu du 28e festival Premiers Plans (2016)


Comme chaque année fin janvier, la ville d'Angers organise et accueille le festival Premiers Plans consacré aux premiers films, avec en compétition 14 longs-métrages et 17 courts. En plus de cette sélection, de nombreuses rétrospectives sont organisées, avec cette année, des temps forts consacrés à Milos Forman, Alain Cavalier, Michael Lonsdale, Andreï Zviaguintsev, Paul Driessen ainsi que des thématiques autour des rebelles, de l'immigration et un focus sur le cinéma islandais.

Cela fait à présent quatre années que j'assiste au festival, et cette fois-ci, j'ai fait le choix d'aller voir un maximum de films inédits en France. Et ce qui ressort des grands thèmes abordés parmi ces 30 projections auxquelles j'ai assisté, c'est la famille qui est au cœur des thèmes proposés, que ce soit des histoires de fratrie ou de relations parent-enfant. Le grand-parent est aussi à l'honneur dans plusieurs films en compétition comme Montanah, Ma Révolution, Baden Baden, Corka, ainsi que le film islandais Sparrows. Alors que la relation parent-enfant se montre conflictuelle, source de tensions et de différends, le grand-parent apporte du réconfort, de l'aide et du soutien. L'adolescent est fugueur, amoureux et rebelle, et pense déjà appartenir à l'âge adulte en grillant bon nombre d'étapes. Les statistiques des adolescents devenant parents seraient-elles en hausse ? Plusieurs films parlent de ce thème comme Keeper, The wednesday child, Layla in the sky et, comme pour faire écho, un film d'Ingmar Bergman datant de 1953 parle justement de cette thématique. Il a été proposé dans le cadre de la rétrospective "rebelles", une chance de découvrir ou revoir Monika sur grand écran.

La qualité des longs-métrages était une fois de plus excellente. Pour des premiers films, le niveau est très bon cette année encore. Proposer de telles œuvres à l'écran ne présage que de bonnes choses pour l'avenir du cinéma européen. Seul un documentaire a été sélectionné pour la compétition, consacré aux migrants d'Afrique du Nord cherchant à atteindre les côtes européennes par le biais de la petite île italienne de Lampedusa. Le festival s'est clôt ce samedi soir avec la projection de l'excellent film L'Histoire du géant timide, du réalisateur islandais Dagur Kári venu présenté son long-métrage (sortie du film le 24 février).


Palmarès :
• Grand Prix du Jury long-métrage européen :
Keeper de Guillaume SENEZ (Belgique / Suisse / France)
• Mention du Jury longs-métrages européens :
Cold of Kalandar de Mustafa KARA (Turquie)
• Prix du Public long-métrage européen :
Préjudice d’Antoine CUYPERS (Belgique / Luxembourg / Pays-Bas) 
• Prix du Public long-métrage français :
D'une pierre deux coups de Fejria DELIBA (France) 
• Prix d'interprétation féminine long-métrage européen :
Devon KELLER dans Layla in the sky de Micah MAGEE (Allemagne / Grèce / États-Unis)
• Prix d'interprétation masculine long-métrage européen :
Astrit KABASHI dans Babai de Visar MORINA (Allemagne / Kosovo / France)
• Prix des Lycéens longs-métrages français :
Crache-Cœur de Julia KOWALSKI (France / Pologne)
• Grand Prix du jury & Prix du Public courts-métrages européens :
Córka de Tomasz WOLSKI (Pologne)
• Grand Prix du jury courts-métrages français :
L'île jaune de Léa MYSIUS et Paul GUILHAUME (France)
• Prix du Public courts-métrages français :
Jeunesse des loups-garous de Yann DELATTRE (France)

Tout le palmarès sur le site de Premiers Plans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire