[bilan] American Crime de John Ridley (ABC, 2015)


Série tv de John Ridley - Saison 1 de 11 épisodes (2015)
Avec Felicity Huffman, Timothy Hutton, Caitlin Gerard, Penelope Ann Miller, Benito Martinez, Elvis Nolasco, Regina King, Lili Taylor, Richard Cabral...
À Modesto en Californie, un jeune couple se fait agresser à leur domicile. Le mari, Matt Skokie est assassiné et sa femme est dans un état critique à l'hôpital. Soupçonné comme étant un crime raciste, les familles des victimes et celles des principaux suspects veulent comprendre, connaître la vérité. Cette première saison va suivre ce cheminement, avec un regard sur la vie quotidienne des différents protagonistes.
Série créée par John Ridley (scénariste de 12 Years a Slave), American Crime est une série produite et diffusée par la chaîne ABC, construite selon le format d'anthologie. On retrouve au générique des visages connus de précédentes séries télévisées : Felicity Huffman (Desperate Housewives), Benito Martinez (The Shield), Timotty Hutton (Leverage), Richard Cabral et Regina King (SouthLAnd)... Courte saison de 11 épisodes, American Crime offre une mise en scène différente des autres séries d'ABC : cadrage décentré, utilisation des silences, image léchée, personnages et dialogues hors cadre (on devine aussi l'emploi de termes injurieux, presque toujours astucieusement coupé au montage, sans bip agaçant). L'ambiance se veut proche du documentaire, comme une réelle immersion dans le monde aujourd'hui. La série se rapproche d'autant plus de l'actualité, avec les récents évènements de Ferguson (article du Monde), et Baltimore (article de La Presse Canadienne). L'intrigue d'American Crime se situe à Modesto, une petite ville californienne au taux record de criminalité. C'est notamment dans cette ville qu'a été testé le logiciel qui prédit les délits (PredPol), un logiciel qui vient d'ailleurs d'arriver dans les gendarmeries françaises.

Du côté des personnages, ils ont tous un temps d'antenne à peu près similaire. Le fait que la série soit centrée sur les familles des victimes, et les principaux suspects impliqués ou non dans l'affaire, permet de voir l'évolution de chacun des protagonistes, sans jugement ni excès de dramatisation. La série propose ainsi un portrait de l'Amérique d'aujourd'hui, à travers ses différentes communautés : religieuses, sociales, raciales. L'agression du jeune couple, qualifiée de crime anti-blanc, permet d'ouvrir le débat sur le racisme dans une société cosmopolite où tout individu est sujet à une forme de rejet. Présumés coupables de cet assassinat, les premiers suspects arrêtés sont afro et latino-américains. American Crime n'est pas une série policière, ni judiciaire, le spectateur va ainsi suivre les avancées de l'enquête en même temps que les différents personnages concernés. Cette enquête va s'avérer plus compliquée qu'elle n'en a l'air, en considérant les erreurs, les fausses déclarations et les impasses qui peuvent se présenter au cours d'une investigation policière. Même constat vis-à-vis des médias, les journalistes apparaissent sporadiquement, la série ne tombant jamais dans le sensationnalisme. Sans pour autant associer chaque communauté à un point de vue, American Crime conduit progressivement le spectateur vers sa propre réflexion personnelle.

American Crime est renouvelée pour une seconde saison, avec Felicity Huffman et Timothy Hutton au générique, dont le scénario sera complètement différent : nouveau crime, et nouvelle ville. La série sera diffusée dès le 3 juin prochain sur Canal Plus + Séries. À suivre un teaser :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire