Inherent Vice de Paul Thomas Anderson (2015)


Film de Paul Thomas Anderson (2015)
Adaptation d'un roman de Thomas Pynchon
Avec Joaquin Phoenix, Katherine Waterston, Joanna Newsom, Josh Brolin, Eric Roberts, Owen Wilson, Jena Malone...
Los Angeles, les années 70. « Doc », détective privé, a reçu la visite de son ex-petite amie, Shasta Fay, qui lui raconte qu'elle est tombée amoureuse d'un riche promoteur immobilier. Ce dernier ayant disparu, elle lui demande de le retrouver, tout en se méfiant de la femme de ce dernier...
Deux ans après l'excellent The Master, le réalisateur Paul Thomas Anderson retrouve Joaquin Phoenix où il tient ici le rôle d'un détective privé blasé de tout, profitant encore un peu de l'ambiance des années 60 : drogues, allure hippie, et une vie décontractée, libre de toutes contraintes (ou presque). Cette atmosphère est bien décrite dans le film, ses 2h30 encouragent encore plus à ressentir ce sentiment de lévitation. Cette impression prend parfois trop le pas sur l'intrigue, diluée avec les nombreux personnages et différentes situations qui s'enchaînent. 

Gardant encore un pied dans une ambiance psychédélique, Inherent Vice est surtout centré sur « Doc » Sportello qui cumule surtout les bad trips, quand il n'est pas rattrapé par le carcan ordonné d'une société qui s'éloigne de plus en plus du mouvement hippie, voire qui le rejette, avec par exemple de rares scènes d'humour quand « Doc » croise les agents de police, ou encore le personnage de « Bigfoot » interprété par Josh Brolin dont la coupe en brosse parfaite illustre bien ce côté rigoureux et ordonné (même si cette image s'effondre, là encore avec humour, quand il savoure ses bananes...). Moins enthousiaste vis-à-vis de sont précédent The Master, il est quand même difficile de détester complètement Inherent Vice, l'image étant en plus très soignée (belle photographie de Robert Elswit), et la musique plus que bien choisie. Malgré tout, il reste comme un goût d'inachevé en fin de séance, ou d'inaccessible, le récit ressemblant parfois trop à un méandre embrouillé d'intrigues et de personnages. Mais le voyage dans le passé vaut tout de même le détour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire