Nightcrawler de Dan Gilroy (2014)


Film écrit et réalisé par Dan Gilroy (2014).
Photographie de Robert Elswit.  Musique de James Newton Howard.
Avec Jake Gyllenhaal, Bill Paxton, Rene Russo, Riz Ahmed...
Louis Bloom est sans emploi et désespéré de ne pas trouver un poste qui lui convient. Lorsqu'il passe près d'un accident de voiture, il croise une équipe de caméramen à l'affût de ces évènements nocturnes. L'idée est lancée : il va s'équiper d'une caméra, d'une radio afin de s'immerger dans un Los Angeles où les accidents et les faits divers sont relayés le lendemain matin sur les chaînes de télévision.
Traduit en France par un titre... anglais (Night Call), Nightcrawler a pourtant plus de sens en évoquant, via le terme crawler (= robot d'indexation), l'idée d'un procédé permettant de collecter des ressources afin d'enrichir un moteur de recherche. Nouveau sur le terrain, Louis Bloom récolte ainsi des vidéos de faits divers. Il va aussi montrer un aspect de sa personnalité : il ne ressent aucune empathie devant les scènes accidentelles ou criminelles qu'il va croiser. Son objectif est simple, il recueille tout ce qu'il peut, le plus près possible de l'action sans réfléchir aux limites de confidentialité, sans penser non plus aux règles de l'éthique. Jake Gyllenhaal interprète brillamment ce personnage prêt à tout pour gagner sa vie, il fascine et en même temps soulève la question de certaines images pouvant être diffusées ou non sur nos écrans.

Où s'arrêtent les limites du journalisme ? Que dit le code de la déontologie, les chaînes peuvent-elles tout montrer, tout faire pour gagner toujours plus d'audience et de popularité ? C'est ce que le personnage de Louis Bloom va explorer, en allant toujours plus loin dans sa démarche. L'ambiance nocturne est très bien retranscrite, notamment grâce à l'excellente photographie de Robert Elswit (également directeur photo pour le film There Will Be Blood et prochainement pour Inherent Vice). Intense et bien mené, Nightcrawler est un film qui, par son sujet, ne surprend pas vraiment (il suffit de suivre un JT traitant de l'actualité et de faits divers pour s'imaginer comment ont été filmés les extraits vidéo), mais a le don de nous tenir en haleine jusqu'au bout et de poser question sur les frontières que les médias ne devraient pas dépasser. 4/6

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire