Maps to the Stars de David Cronenberg (2014)


Film de David Cronenberg (2014).
Avec Julianne Moore, Mia Wasikowska, Robert Pattinson, Sarah Gadon, Carrie Fisher, John Cusack, Olivia Williams, Evan Bird...
À Hollywood, tout tourne autour des arts de l'écran, ses jeunes stars imbues d'elle-mêmes, les parents à l'affût de nouveaux gros contrats, les actrices un peu plus vieilles cherchant à rester dans la course, sans oublier les assistants, esclaves des nombreuses sollicitations de ces stars...
[Pour garder plus de surprises devant le film, je vous déconseille de lire ce qui suit]

Le dernier film de David Cronenberg, Maps to the Stars, propose une cartographie hollywoodienne malade et altérée. Sans que cela ne paraisse vraiment étonnant, le découvrir à nouveau à l'écran enlève une grande part du supposé rêve hollywoodien. Les stars se prennent pour des rois, et des reines, l'activité cinématographique proposée par Cronenberg en guise d'exemples est pourtant loin d'être attrayante : remakes, suites de films insipides et autres tournages de projets s'apparentant à des succès comme Battlestar Galactica (mais étant loin du compte). Côté vie privée, ces stars enchaînent des décisions ridicules et autres lubies grotesques en lien, soit avec leur santé ultra-fragile (un rhume devenant rapidement une grippe), soit avec leur apparence physique (l'excès de gloss -pour faire jeune?- étant tout sauf avantageux), ou encore le confort excessif de déplacement (marcher 300 m à pied provoquant une sueur insurmontable...). 

Un autre portrait se dresse derrière ces personnalités excentriques : les comportements psychologiques et destructeurs. Fantômes, inceste, démence, la noirceur du passé continue d'engluer leur vie actuelle, comme si les démons ne pouvaient se détacher de leur esprit, malgré les nombreuses sessions de psychothérapie, internements et autres cures en centre de désintoxication. Le passé hante, revient sans cesse, les personnages cherchant néanmoins à le revivre : Havana (Julianne Moore) souhaite reprendre un rôle qu'a interprété sa mère, Agatha (Mia Wasikowska) est de retour auprès de son frère pour finir ce qu'elle a commencée des années plus tôt. Le film fait bien sûr penser à Sunset Boulevard ou What Ever Happened to Baby Jane?. Mommie Dearest est d'ailleurs cité par Havana, une amusante mention à Faye Dunaway qui joue le rôle de l'actrice Joan Crawford dont la relation avec sa fille adoptive a été synonyme de traumatismes pour cette dernière. Les mots de Paul Éluard et son poème Liberté sont cités tout au long du récit, une liberté qui s'acquiert ici en brisant des chaînes de manière irréversible. Maps to the Stars offre une image peu brillante de Hollywood, l'enchevêtrement de faits divers glauques accentue encore plus la représentation peu glorieuse du système. Même si le film manque parfois de puissance dans son propos, il se distingue par son excellent casting, Julianne Moore ayant reçu le Prix d'interprétation au dernier Festival de Cannes. 4/6

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire