[bilan] Films de l'année 2013

 

Comme en 2012, j'ai vu moins de films s'imposer au cours de cette année 2013. J'ai aimé beaucoup de films, mais peu sortent vraiment du lot avec des notes parfaites de 6/6 (il n'y en a même aucun). Malgré tout, beaucoup de films me restent en mémoire, et qui pourraient avoir aisément leur place dans ma dvdthèque. Manquent à l'appel deux films que je n'ai pas pu voir, Gravity et Tel Père, Tel Fils, qui auraient certainement pu s'intégrer dans ce top 10. 

J'enchaîne à ce propos avec un état des lieux des salles de cinéma. Vivant en province, qui plus est à la campagne, courir après une salle qui propose de la version originale à des prix non-exorbitants devient un parcours du combattant. Chaque année je fais un bilan des films vus ou non en version originale, 2013 a été une année où je me suis totalement refusée d'aller voir des films doublés en français. Et j'ai tenu ma promesse, au détriment de plusieurs films que je n'ai pu voir. Ainsi, pour Gravity, il a été compliqué de devoir aller dans l'unique salle qui le proposait (Gaumont à Nantes), à 45 kms de chez moi (x2 pour l'aller-retour) + la galère pour trouver une place de parking en plein centre-ville, qui plus est en fin d'année + payer le plein tarif avec majoration pour la 3D = 12,60 € / la place (les films proposés en VO sont rarement proposés en 2D). Pour revenir aux films étrangers proposés en version originale, il faut savoir patienter, les sorties étant souvent décalées de quelques semaines, impossible alors de suivre le planning de sorties officielles. En tout, je jongle entre 6 cinémas différents dont un multiplexe et 5 art et essai. C'est d'ailleurs devenu un petit jeu chaque lundi d'éplucher les programmes de toutes ces salles afin d'établir mon propre calendrier.

En plus de Gravity et Tel Père, Tel Fils (que je vais rattraper au cours du mois de janvier), j'aurais aimé voir A Touch of Sin, La Vénus à la Fourrure, Hunger Games : Catching Fire, The Counselor, The Immigrant et The Act of Killing.

# Chiffres #
83 films sortis et vus cette année // contre 70 en 2012 // 66 en 2011 // 70 en 2010 // 66 en 2009. Nette progression par rapport à toutes les autres années. Assister à deux festivals a aussi permis de faire grimper le chiffre.
100% des films au cinéma en version originale // contre 80% en 2012 // 90% en 2011 // 70% en 2010  // 50% en 2009. Un pourcentage que je tiens à conserver cette année encore, impossible de retourner voir des films doublés en français à présent.
11 films français vus en 2013 // contre 6 en 2012 // 5 en 2011 // 4 en 2010 // 6 en 2009. C'est décidément une année à records, des films que j'ai en plus beaucoup aimés.
29 films vus en festival : Premiers Plans à Angers et Festival Adaptations à Cholet. Une nouveauté cette année : assister à des festivals. Je renouvelle l'expérience cette année à Angers.
2 films d'animation (The Congress et Monsters University) // contre 4 en 2012 // 4 en 2011 // 5 en 2010 // 3 en 2009.
318 films vus en 2013 (cliquer sur le lien pour voir la liste) // contre 170 en 2012 // 134 en 2011 // 134 en 2010 // 124 en 2009. C'est plus qu'une progression, c'est carrément un chiffre qui a doublé.

# Top 10 # 
La difficulté d'avoir une année assez équilibrée au niveau des notes, c'est de devoir distinguer les premiers de la liste. Le dernier long-métrage de Quentin Tarantino est sans surprise en n°1 je l'avoue... Cette fois-ci, j'ai opté pour des visuels qui mettent en valeur les personnages. C'est ce que j'en ressors de tous ces films : des personnages hauts en couleur, parfois proche de la jubilation, leur présence, leur style, entre exaltation et fantaisie. Leonardo DiCaprio a ainsi excellé dans deux films : Django Unchained et surtout The Wolf of Wall Street. Greta Gerwig est tout simplement formidable dans Frances Ha, même constat pour Adèle Exarchopoulos dans La Vie d'Adèle. Sans oublier Cate Blanchett dans Blue Jasmine ou encore l'inénarrable Tilda Swinton dans Snowpiercer (deux films présents dans mon top 15). Joaquin Phoenix fait un come-back remarqué avec The Master. Et puis les deux acteurs de Prisoners que je ne saurais départagé, Jake Gyllenhaal et Hugh Jackman. La photographie m'a également beaucoup charmée dans bon nombre de ces films, avec notamment le travail de Mihai Malaimare Jr. pour le film The Master. L'année 2013 : des sujets sérieux et parfois durs, traités avec un brin de fantaisie et de démesure.


1- Django Unchained (Quentin Tarantino, 2012).

 

2- The Master (Paul Thomas Anderson, 2012).


3- Frances Ha (Noah Baumbach, 2012).


4- La Vie d'Adèle - Chapitres 1&2 (Abdellatif Kechiche, 2013).

 
5- The Grandmaster (Wong Kar-Wai, 2013).

 

6- The Wolf of Wall Street (Martin Scorsese, 2013). Jubilatoire.


7- Une vie simple (Tao jie) (Ann Hui, 2011).


8- L'écume des jours (Michel Gondry, 2013).


9- Prisoners (Denis Villeneuve, 2013).


10- Stoker (Park Chan-Wook, 2013).

Non loin derrière : Snowpiercer  // Zero Dark Thirty // Only God Forgives // Blue Jasmine // The Perks of Being a Wallflower.

Un couple : Audrey Tautou et Romain Duris dans L'Écume des Jours et Casse-Tête Chinois.
Un motherfucker : Jessica Chastain dans Zero Dark Thirty.
Une tasse de café : Oh Boy.
Une robe : January Jones dans Sweetwater.
Une poupée : The Conjuring.
Une paire de chaussures : Stoker.
Une communauté : Foxfire.
Une interprétation musicale : Alison Pill dans Snowpiercer.
Une mère : Kristin Scott-Thomas dans Only God Forgives.
Une scène de ménage : Julie Delpy & Ethan Hawke dans Before Midnight.
Des paillettes, beaucoup de paillettes : Behind the Candelabra.
Des cheveux roux : Ginger & Rosa.
Des tatouages : The Broken Circle Breakdown.

# À noter #
Les films que je regrette ne pas avoir vus, faute de salle : Gravity, La Vénus à la Fourrure, Hunger Games : Catching Fire, The Counselor, The Immigrant et The Act of Killing.
Les films qui ont été apprécié, mais qui ne m'ont pas plu (du tout) : This is 40, Now You See Me.
Les films que j'aurais dû éviter : Au Bonheur des Ogres, Die Hard, Les Misérables.
Les films qui sont sortis en fin d'année et que je n'ai pas eu le temps de voir: Tel Père, Tel Fils, A Touch of Sin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire