[bilan] La danse au cinéma en 2013


L'année 2013 est en train de s'achever, l'occasion de revenir sur les scènes de danse qui m'ont marquée ces douze derniers mois. Pas de film consacré à l'univers comme en 2011 avec Black Swan, mais plusieurs films se sont quand même servis de la danse avec de très jolies scènes, ou sur la durée, tout en délicatesse, comme dans To the Wonder. À suivre dix exemples dont le classement s'est fait en fonction de mes souvenirs, et qui me paraissent les plus mémorables, avec des extraits, des photos et mes impressions par rapport aux films en question :

-- 1 --
The Perks of Being a Wallflower / Le Monde de Charlie (Stephen Chbosky, 2012).
Chorégraphie de Kiesha Lalama.
Musique :  Come on Eileen de Dexy's Midnight Runners.

Chouette film du tout début d'année, The Perks of Being a Wallflower possède quelques instants dansés, notamment cette séquence sur un morceau de 1982, Come on Eileen de Dexy's Midnight Runners, avec Emma Watson et Ezra Miller. On retrouve les acteurs dans une autre scène du film, avec un hommage à The Rocky Horror Picture Show. À suivre les deux extraits en question (désolée pour la mauvaise qualité de la seconde).



-- 2 --
Les Garçons et Guillaume, à table ! (Guillaume Gallienne, 2013).

Autre film mettant en scène de la danse, du flamenco en l'occurrence, c'est Les garçons et Guillaume, à table ! Dans l'histoire, Guillaume va passer ses vacances d'été en Espagne. Ne connaissant personne sur place, ni la langue, il va apprendre à danser le flamenco, une autre façon de communiquer finalement. N'ayant pas pris le temps de critiquer le film, en deux mots, j'ai beaucoup aimé ce premier long-métrage de Guillaume Gallienne, un film amusant, et surtout très touchant.


-- 3 --
L'Écume des Jours (Michel Gondry, 2013).
Chorégraphie de Blanca Li et sur une musique de Duke Ellington : Chloe.

Autre film français qui comporte de la danse, c'est L'Écume des Jours de Michel Gondry. Blanca Li en a réalisé une chorégraphie originale, dont les mouvements des corps et ces longues jambes représentent plutôt bien l'univers décalé du film. J'avais lu bon nombre de retours négatifs vis-à-vis du film, il possède pourtant beaucoup de charme et d'instants poétiques. À suivre une photo d'une des scènes, et un extrait (la danse n'arrive qu'à 3'20).




 -- 4 --
The Great Gatsby (Baz Luhrmann, 2013).
Chorégraphie de John O'Connell.

The Great Gatsby est un film que j'attendais beaucoup pour son ambiance des années 20, notamment pour découvrir cet univers interprété et transposé par Baz Luhrmann. Au final, j'ai été surtout déçue de ne pas voir plus de séquences dansées. Les rares scènes m'ont plu mais j'aurais aimé que la danse ait une place plus importante dans le propos. À suivre un montage d'extraits et d'interviews en lien avec la musique et la danse.



-- 5 --
Silver Linings Playbook / Happiness Therapy (David O. Russell, 2012).
Chorégraphie : Mandy Moore. 
Musiques : Don't you worry 'bout a thing de Stevie Wonder, Fell in Love de The White Stripes, Maria de Dave Brubeck & The Dave Brubeck Quartet.

Film sorti en tout début d'année (qui est en fait un film de 2012 pour l'Amérique du Nord), Silver Linings Playbook a pour thème, en plus de troubles psychologiques et la reconstruction de soi, la danse. Se préparant pour un concours, Tiffany (Jennifer Lawrence) et Pat (Bradley Cooper) s'entraînent toute la durée du film sans qu'on voit énormément de danse, l'histoire s'achevant alors par le concours en question. Chorégraphié par Mandy Moore (la chorégraphe, pas l'actrice), la scène se révèle rafraîchissante et en toute en simplicité mais je l'avoue, je m'attendais à mieux. À suivre le passage en question.

-- 6 -- 
Frances Ha (Noah Baumbach, 2012).
Chorégraphie de Max Stone and Travis Waldschmidt : Interview liée au film.

Là aussi, Frances Ha trace le portrait d'une danseuse, Frances, où peu de séquences vont finalement être présentes à l'écran. Interprétée par l'excellente Greta Gerwig, Frances est spontanée, rêveuse, et elle est convaincue d'être une danseuse accomplie. Sans tout dévoiler, j'ai beaucoup aimé la suite de son histoire. N'ayant pas trouvé d'extraits ou de photos plus explicites, je vous laisse avec celle-ci, où elle est accompagnée de Grace Gummer.


-- 7 --
To the Wonder (Terrence Malick, 2012).

Même si la danse n'est pas distinctement représentée dans le dernier long-métrage de Terrence Malick, elle est pourtant présente dans une majorité de scènes. Le film repose beaucoup sur la grâce et la délicatesse des corps. Peu de dialogues viennent expliquer le propos de To the Wonder, mais la poésie de chaque instant met en lumière une multitude de sentiments et d'émotions. La caméra suit beaucoup Olga Kurylenko, qui danse à chaque instant. Lors d'un passage on découvre d'ailleurs qu'elle a été danseuse, une certaine nostalgie se dégage ainsi quand elle ressort ses chaussons de danse (photos 5 à 7).




-- 8 --
The Lone Ranger (Gore Verbinski, 2013).

Très courte scène dansée dans The Lone Ranger, John Reid (Armie Hammer) et Tonto (Johnny Depp) arrive dans un saloon où des danseuses de ballet se produisent le temps de quelques secondes à l'écran.


-- 9 --
La Vie d'Adèle / Blue is the Warmest Color (Abdellatif Kechiche, 2013).
Musique : I Follow de Lykke Li.

Le cinéma français aura proposé de biens jolis films cette année, qui plus est, avec de la danse. La Vie d'Adèle en offre plusieurs scènes dont celle de la fête d'anniversaire (extrait à suivre), une petite séquence de danse africaine en classe de maternelle, et puis une scène de rencontre lors d'une soirée entre Adèle (Adèle Exarchopoulos) et Antoine (Benjamin Siksou).


-- 10 --
Take This Waltz (Sarah Polley, 2011).
Musiques : Closing Time de Feist, Take this Waltz de Leonard Cohen.

Dernier film qui, finalement est en marge du reste de ce top, Take This Waltz n'aura eu droit qu'à une sortie dvd en France cette année. Quand on voit certaines sorties proposées, c'est assez rageant de ne pas voir ces films sur nos écrans, mais ceci est un autre débat. En plus d'être intitulé comme un style de danse, j'ai retenu surtout deux scènes, dont celle à suivre avec Margot (Michelle Williams) et Daniel (Luke Kirby), sur une musique de Feist, Closing Time, et puis ce second extrait, montrant une histoire d'amour telle une danse, tournée en traveling circulaire sur la chanson éponyme de Leonard Cohen, Take this Waltz.


2 commentaires:

  1. C'est vraiment surprenant et dommage pour Take this Waltz, j'ai vraiment beaucoup aimé le film, il aurait eu sa place en salles franchement !

    RépondreSupprimer
  2. @Blythe : Oui même à la place d'une dizaine de films français tout pourri, 'fin bref... ;)

    RépondreSupprimer