[mini-série] Top of the Lake de Jane Campion et Gerard Lee (2013)


Top of the Lake, réalisation de Jane Campion et Garth Davis.
Scénario de Jane Campion et Gerard Lee.
Mini-série en six épisodes de 58 minutes (Diffusion sur Arte, du 7 au 14 novembre).
Photographie d'Adam Arkapa.
Avec Elisabeth Moss, David Wenham, Peter Mullan, Thomas M. Wright, Holly Hunter, Jacqueline Joe, Jay Ryan, Kip Chapman, Sarah Valentine, Matt Whelan, Cohen Holloway, Skye Wansey, Geneviève Lemon, Robyn Malcolm, Madeleine Sami, Alison Bruce, Lauren Dawes, Robyn Nevin, Mirrah Foulkes...
Jeune fille de 12 ans, Tui est portée disparue près d'un lac. L'inquiétude grandit dans l'esprit de l'inspectrice Robin Griffin (Elisabeth Moss) quand elle apprend que Tui est enceinte. De retour dans sa ville natale, le passé de Robin refait également surface, retrouvant aussi d'anciennes connaissances...
Projetée à différents festivals comme Sundance ou encore La Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, Top of the Lake est une mini-série dont le parcours est assez différent des autres métrages au format similaire. Proposée en six ou sept épisodes, la série pourrait finalement être considérée comme un long film d'une durée de six heures, d'autant plus que tout voir à la suite permet de garder une certaine continuité au niveau de l'histoire et du traitement des personnages. La chaîne Arte diffuse ainsi la série en deux soirées de trois épisodes chacune (les 7 et 14 novembre). Même si 3 heures représentent un visionnage plutôt conséquent, le série mérite cet effort.

Auteure néo-zélandaise, Jane Campion n'avait pas sorti de film depuis 2009, avec Bright Star. De retour dans ses contrées, elle retrouve son collègue scénariste de Sweetie (1989), Gerard Lee, en créant cette histoire au sein d'une petite, et très belle, ville de Nouvelle-Zélande. Au générique, c'est un casting international qui officie, avec notamment Elisabeth Moss (Mad Men), Peter Mullan, Thomas M.Wright ou encore Holly Hunter. Elisabeth Moss interprète donc le rôle principal de cette enquêtrice spécialisée dans les crimes sur mineurs. Pour ceux qui la connaissent en Peggy Olson, son rôle lui permet de nous montrer une autre facette de son talent, symbolisant pour moi le gros point fort de cette mini-série. Tout en sensibilité, elle libère une sorte de mystère fragile, doublé d'une force insoupçonnée. Cette aura est d'autant plus mise en valeur par sa façon de parler posément, et une coiffure souple et légère. J'aime ce genre de détails qui façonnent un personnage. À l'inverse, Holly Hunter joue le rôle de leader au sein d'une communauté de femmes, son allure très énigmatique semble beaucoup plus insondable que sa partenaire. Volontairement, cela apporte un peu de distance vis-à-vis de ce groupe de femmes, qui souhaitent vivre à l'écart de la société.

Du côté de l'histoire, la femme, et l'enfant, y ont beaucoup d'importance, l'homme ayant de ce fait très souvent une mauvaise image, difficile, voire impossible, à revaloriser. La notion de famille est pour ainsi dire non représentée, de nombreux faits extérieurs ayant distancés ou rompus certains de ces liens, comme la violence, la religion (avortement refusé), le pouvoir de contrôler les autres (domination masculine, gang, trafic de drogue...). La plupart des personnages dissimule aussi des non-dits, enfouis depuis des années, qu'ils ne dévoilent pas forcément, mais dont le spectateur en fera sa propre idée. L'atmosphère a également beaucoup d'importance, le lac et ces grands espaces créent une ambiance à la fois sublime, et pesante. D'ailleurs, le site où s'est installé le groupe de femmes se nomme "Paradise", mais n'a rien d'un paradis. Matt Micham (Peter Mullan) raconte à ce propos que malgré la beauté des lieux, une famille y a été massacrée dans le passé. À noter la très belle photographie d'Adam Arkapaw ainsi que la bande son signée Mark Bradshaw.

Top of the Lake est une série qui reste en mémoire un bon moment, et qui peut même mûrir encore plus dans l'esprit. Elle est aussi dotée d'un très bon casting et d'une mise en scène assez marquante. Rendez-vous dès demain soir sur Arte, à suivre une bande-annonce sous-titrée ainsi que quelques images.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire