Au Bonheur des Ogres, de Nicolas Bary


Film de Nicolas Bary (2013)
Avec Bérénice Bejo, Raphaël Personnaz, Emir Kusturica, Thierry Neuvic...
Bouc émissaire professionnel, Benjamin Malaussène est le grand frère d'une petite tribu de frères et sœurs dont la mère est partie en vadrouille en laissant les pères là où ils étaient. Partout où Benjamin passe, des incidents ont lieu, suscitant les soupçons des policiers...
Film vu dans le cadre du festival Du Best-Seller au Box-Office (Cholet, 49), Au Bonheur des Ogres a été projeté en version work in progress, certains effets spéciaux étant à peine terminés, et le générique en cours de création. Ces éléments étaient tout juste identifiables, en dehors d'une ou deux scènes où on discerne notamment une vitre entre les acteurs et la girafe. Adapté du roman de Daniel Pennac, le récit de cette famille joyeusement bordélique portée à l'écran se révèle surtout convenir aux familles, accompagnées de jeunes enfants.

L'histoire se concentre surtout sur cette chasse au poseur de bombes, tout en intégrant les récits imaginaires racontés par Benjamin pour endormir ses plus jeunes frères et sœurs. Le film prend des allures de mignonnerie gentillette, aidé par un casting tout aussi benêt. La caméra a souvent le don de s'attarder sur des regards insistants (oh, il est amoureux / oh, il n'est pas content), sans aucune subtilité. Bérénice Bejo récite trop bien son texte et Raphaël Personnaz est parfait en nigaud de service (mais que fait Emir Kusturica dans cette galère?). Du côté des détails, j'ai souri en voyant la voiture de Wayne's World, et j'ai cru voir une Nouvelle Mini Cooper miniature dans les jouets du garçon, alors que la scène se situe dans les années 80. La sortie du film est prévue pour le 16 octobre prochain, et devrait surtout plaire à un jeune public, les autres risquent de s'ennuyer fermement. À suivre la bande-annonce, qui s'avère être un résumé assez complet du long-métrage :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire