Casa Nostra, de Nathan Nicholovitch


Film de Nathan Nicholovitch (2013)
Avec David D'Ingeo, Gilles Kazazian, Pierre Durand, Alicia Fleury, Fernando Scaerese, Francine Diehl, Céline Farmachi, Clo Mercier...

Hélène, Mathilde et Ben sont frère et sœurs et sont en route vers la capitale alors que leur père est en train de mourir. Au cours de ce voyage en voiture, ils vont se lier à nouveau, se quereller et s'attacher encore plus.

Casa Nostra est le premier long-métrage de Nathan Nicholovitch qui a été sélectionné pour la compétition officielle du dernier festival Premiers Plans à Angers –festival auquel j'ai assisté et qui m'a permis de découvrir ce long-métrage bientôt en sortie nationale le 10 avril prochain–. N'ayant reçu au début du projet aucune aide vis-à-vis du CNC, de la Région ou de la télévision, le film a été auto-produit par le réalisateur et l'une des actrices (Céline Farmachi). Côté technique, c'est en créant un atelier de comédiens que Nathan Nicholovitch trouve ses acteurs pour son film. Le tournage aura en tout duré quatre années, le temps de récolter les fonds au fur et à mesure, totalisant 100 heures de rushes et une année de montage. 

Road-movie centré sur la famille et notamment sur la fratrie, le choix du noir et blanc rappelle encore plus la nostalgie du passé, comme l'album photos feuilleté dans la toute première scène. Le format carré accentue cette impression, faisant penser aux photographies de taille polaroid, ainsi que le super 8 surtout utilisé pour les films de famille à une certaine époque. Souvenirs ou instant présent, Casa Nostra nous égare dans le temps, notamment avec la cabine téléphonique, le portable, la machine à écrire, la bouilloire électrique, ou encore le véhicule peu récent. Le grain de l'image se révèle assez sombre, formant un superbe noir et blanc. Tourné en son direct et proche des acteurs, le hors-champ prend une certaine valeur grâce aux regards et à une utilisation astucieuse de ce carré qui se montre, en même temps, parfois oppressant. Pour information, le réalisateur s'est servi d'un cache sur le viseur pour obtenir ce format carré.

Sur la route pour rejoindre leurs parents et un père mourant, c'est pourtant sans hâte qu'ils réalisent ce trajet, comme si repousser cette réalité les retenait un peu plus dans l'enfance et les bons souvenirs qu'ils se sont créés ensemble, qu'ils vivent à nouveau grâce à ces retrouvailles (course, chamailleries, remémorations...). Certaines blessures ressurgissent aussi, faisant renaître des tensions dans ces liens fraternels, sans pour autant les briser. Ce périple représente comme une sorte de renfort, consolidant des liens qui s'étaient dispersées. N'étant pas vraiment heureux dans leur vie amoureuse, cette fraternité représente leur plus grande force finalement. Même si je n'ai pas toujours accroché aux différents évènements de leur road-trip, j'ai trouvé la photographie excellente, tout comme les acteurs, très touchants dans leurs rôles. L'une de mes scènes préférées a lieu dans l'auberge, où ils reprennent notamment le morceau de Noir Désir : Marlène. Sortie de Casa Nostra le 10 avril prochain.

2 commentaires:

  1. Magnifique site internet à voir
    www.casanostra-lefilm.com

    RépondreSupprimer
  2. A VOIR ABSOLUMENT!!!

    RépondreSupprimer