Fame (Alan Parker, 1980) // Fame (Kevin Tancharoen, 2009)


Fame (1980) d'Alan Parker
Avec Eddie Barth, Irene Cara, Lee Curreri, Laura Dean, Antonia Franceschi, Boyd Gaines, Albert Hague, Tresa Hughes, Steve Inwood, Paul McCrane, Anne Meara, Joann Merlin, Barry Miller, Jim Moody, Gene Anthony Ray, Maureen Teefy...

Fame (2009) de Kevin Tancharoen
Avec Debbie Allen, Kelsey Grammer, Charles S. Dutton, Megan Mullally, Bebe Neuwirth, Naturi Naughton, Collins Pennie, Kay Panabaker, Asher Book, Kherington Payne, Walter Perez, Anna Maria Perez de Taglé, Paul Iacono, Kristy Flores, Paul McGill
Le film retrace le parcours de jeunes danseurs, chanteurs et acteurs au sein du lycée public de Performing Arts à New York, pendant leurs quatre années d'études.
Petit retour sur les deux films Fame dont l'un est sorti récemment (2009) et l'autre près de 30 ans auparavant (1980). Écrit par Christopher Gore (qui a également créé la série tv, 1982-1987), le scénario original de 1980 se montre bien plus dense que le film sorti récemment, brossant ainsi le portrait de toute une génération du moment dans chacun des deux films. J'aurais pensé qu'en 30 ans, les situations et les styles (de danse notamment) auraient évolué, c'est presque tout l'inverse, je dirais même que le film de 1980 décrit une jeunesse plus audacieuse, et moins individualiste. 

Alan Parker a surtout misé sur les efforts d'une troupe d'adolescents désireux de réussir dans leur(s) domaine(s). Même si certains personnages sont un peu plus développés que d'autres, c'est toujours l'effet de bande qui est mis en avant. Rien que pour la scène du déjeuner, les danseurs et chanteurs se lancent dans une chorégraphie improvisée avec spontanéité (contrairement au second film), et aucun ne se met en avant comme le fait le film de 2009. Le style de musique a changé, chose logique en 30 ans, mais la scène se révèle bien plus pauvre esthétiquement que son originale. Autre faiblesse, la séquence de cinéma de Rocky Horror Picture Show, la séquence prend vie devant l'écran, grâce aux costumes et accessoires, les spectateurs font partie intégrante du film projeté, et la salle s'embrase devant un numéro improvisé sur scène. Dans le film de 2009, on a droit à une pauvre scène tout juste dansée avec pour thème, le carnaval...

Côté danse, il est dommage de découvrir que chorégraphiquement, le film de 2009 n'a rien à mettre en valeur, sans même présenter des styles de danse plus innovants (les claquettes sont d'ailleurs presque omniprésentes). Plus ambitieux, le film de Parker a en plus l'avantage d'être dynamique et bourré d'énergie. Dans le film de 2009, la partie chanson a une part assez importante (il faut aimer surtout les chanteurs à voix...), en laissant de côté une danse qui a pourtant beaucoup évolué ces dernières années.

Dernière chose, le film 2009 est étrangement bien plus prude que son prédécesseur, et se concentre uniquement sur des soucis futiles des adolescents : amourettes, jalousie, poids des danseuses, potentielle renommée. En plus de l'accomplissement de soi et de maturité qui évolue au cours des quatre années d'école, le long-métrage de 1980 parle des problèmes plus sérieux rencontrés par ces jeunes : homosexualité, avortement -leurs relations amoureuses ne se contentant pas juste de bisous-, violence, fausses auditions (pour des films érotiques), et tous les diplômés n'aboutissent pas stars de l'écran, certains se retrouvant juste serveurs.

Comme souvent, le film originel est de bien meilleure qualité que son remake, il aurait pourtant été un excellent exercice si le film de 2009 s'était réellement concentré sur les qualités artistiques de la génération actuelle. Les problèmes rencontrés restent les mêmes, et étrangement tout disparaît pour être remplacés par des choses totalement superficielles. Le film aurait ainsi pu se concentrer beaucoup plus sur un portrait de la jeunesse artistique de ces dernières années, et rien de vraiment bon n'en ressort. 5/6 pour le film d'Alan Parker et 1/6 pour l'autre.

2 commentaires:

  1. Ah oui le film d'Alan Parker est culte alors que l'autre complètement dispensable; et j'aimais beaucoup la série aussi !

    RépondreSupprimer
  2. @Blythe : Jamais vu la série, ni le film d'ailleurs, c'est maintenant chose faite. Et le remake est à mettre dans la corbeille de projets qui n'auraient jamais dû être financés ;)

    RépondreSupprimer