De rouille et d'os, de Jacques Audiard


Film de Jacques Audiard (2012)
Avec Marion Cotillard, Matthias Schoenaerts, Katia Chaperon, Armand Verdure, Corinne Masiero, Bouli Lanners...
Ali et son fils de cinq ans qu'il connaît à peine quittent le nord de la France pour Antibes. Logeant chez sa sœur, le soleil et un nouvel emploi vont les faire revive. Stéphanie est quant à elle, dresseuse d'orques, et croise un soir dans une boîte de nuit Ali, qui est alors agent de sécurité. Pleine d'énergie, la vie de Stéphanie va voler en mille morceaux à la suite d'un accident dans le bassin des orques...
Trois ans après Un Prophète, Jacques Audiard revient avec ce nouveau long-métrage dont il a également signé le scénario avec Thomas Bidegain, selon une histoire originelle de Craig Davidson. Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts interprètent les deux personnages-clés de ce récit, Stéphanie et Ali, dont la rencontre a lieu juste avant l'accident de celle-ci. La trame principale du film se concentre surtout sur le corps avec un grand C, pour sa force comme ses défaillances. Ali est l'image du corps travaillé, entraîné, sportif, guerrier, que rien ne freine, pas même les coups. À l'inverse, Stéphanie se retrouve anéantie par la perte de deux de ses membres, et a perdu toute la confiance qu'elle avait quand son corps pouvait encore s'exprimer en entier, dans son travail comme en séduction.

Dans cette rencontre, il y a comme quelque chose de naturel qui les rapproche, comme un équilibre qui se fait, la force du mastodonte contre les faiblesses d'un corps diminué. Le choix du cadre a aussi son importance, le soleil a un pouvoir vital dans ce récit, tout comme celui de l'eau, un environnement qui a la faculté de donner au corps une nouvelle force. L'alchimie entre les deux personnages se concrétise spontanément, sans pitié et avec beaucoup d'aisance. Les deux acteurs sont tous les deux incroyables, les autres personnages qui gravitent autour d'eux m'ont d'ailleurs peu importé. Le seul bémol que je reproche au film, c'est sa dernière demi-heure. Sans trop en dire, ajouter une dimension sociale m'est apparu comme inutile, l'histoire fonctionnait si bien autour de ses deux personnages. Le changement de décor n'a ensuite pas plus arrangé les choses, la neige et l'atmosphère glacée ont remplacé le soleil. Je me suis répété la même chose au cours des cinq minutes qui ont précédé la scène en question, 'Jacques, tu ne vas pas faire ça'. Et si. Dommage, je trouvais tout si parfait avant cela, ajouter ce nouveau drame se révèle comme superflu pour moi. De rouille et d'os reste un film à voir, pour ses interprètes et cette connexion qui les lie avec intensité et équilibre. 4/6

3 commentaires:

  1. Kryssianmai 28, 2012

    J'adore ton commentaire, c'est vrai que la dernière partie en Alsace je crois, m'a un peu dérouté, par contre, moi qui n'était pas fan de Marion Cotillard (j'avais pas aimé La Môme) j'ai été ébloui, je l'aime surtout dans les scènes non maquillée et cheveux gras, je la trouve absolument pathétique. J'aime beaucoup aussi Matthias (je ne sais plus son nom de famille) son personnage fort physiquement mais si fragile psychologiquement. En définitive un superbe film même si les prises de vues un peu étranges d'Audiard (il faisait pareil dans un prophète)des premiers plans qui bouchent un peu l'image c'est esthétique, mais pas trop souvent.
    4/6 c'est une bonne note, très bien Caro !

    RépondreSupprimer
  2. @Kryssian : Pas vraiment fan de l'actrice non plus, je l'ai trouvé très bien dans ce rôle. J'ai trouvé les deux personnages excellents, la mise en scène d'Audiard ne m'a pas gênée, je regrette juste cette dernière demi-heure... Merci de ton commentaire!

    RépondreSupprimer
  3. super film pas dessus de lavoir vu g des enfant de 10 et 12 ans elle on addore

    RépondreSupprimer