Hunger, de Steve McQueen



Film de Steve McQueen (2008) 
Avec Michael Fassbender, Stuart Graham, Helena Bereen, Larry Cowan, Liam Cunningham, Dennis McCambridge, Liam McMahon, Laine Megaw, Brian Milligan, Rory Mullen...
Irlande du Nord, 1981. Membres de l'IRA et prisonniers au sein de la prison de Maze, un groupe mené par Bobby Sands entame une grève de l'hygiène, puis de la faim, afin d'être reconnu en tant que prisonniers politiques vis-à-vis du gouvernement britannique.
Première réalisation de la part de Steve McQueen (il signe aussi le scénario), Hunger est également sa première collaboration avec l'acteur Michael Fassbender (avant Shame et Twelve Years a Slave). Le film s'inspire de faits réels, une lutte menée par des séparatistes de l'IRA jusque dans les murs de leur emprisonnement, exigeant les droits de prisonniers politiques envers un gouvernement britannique totalement fermé à toute requête. Seule arme pour ces prisonniers : la grêve de l'hygiène. Les séquences sont bien glauques, entrecoupées de passages à tabac de la part des gardiens, la première demi-heure dépeint un portrait trash de cet univers coupé du monde. Le film se démarque aussi par ses scènes en plan-séquence, notamment celle où Bobby Sands/Michael Fassbender s'entretient avec le prêtre. L'autre scène en plan-séquence qui m'a marquée est celle du nettoyage du couloir, du long couloir. S'ensuit la dernière partie du film, d'autant plus morbide, avec la grêve de la faim de Bobby Sands, prêt à aller jusqu'au bout de son combat. Une bataille que l'on va suivre jusqu'au dernier souffle, dernier instant de vie de ce corps décharné. Hunger est un véritable film coup de poing qui laisse son empreinte sombre et morbide dans l'esprit du spectateur. C'est aussi le début d'une belle aventure pour l'acteur et le réalisateur, tous deux excellents dans ce projet. 4/6

2 commentaires:

  1. Oui le film a une structure inhabituelle mais démontre bien le talent de son réalisateur et de son acteur, je ne mettrai pas plus de 4/6 non plus car ça m'a un peu ennuyée par moments mais ça reste un beau tour de force.

    RépondreSupprimer
  2. @Blythe : J'avais d'abord mis un 3.5/6 mais finalement, plusieurs mois après l'avoir vu (oui j'ai un gros retard dans ma rédaction de chroniques), je me souviens surtout de la prestation de Michael et cette mise en scène très sombre.

    RépondreSupprimer