Far From Heaven {Loin du Paradis}, de Todd Haynes


Film de Todd Haynes (2002)
Avec Julianne Moore, Dennis Quaid, Patricia Clarkson, Viola Davis, Dennis Haysbert, Johnathan McClain, James Rebhorn, Bette Henritze, Michael Gaston, Ryan Ward...
Mariés, deux enfants, Cathy et Frank Whitaker vivent dans une jolie maison dans le Connecticut. Ce sont les années 50, et tout semble aller dans leur vie de couple et professionnelle. Mais les apparences sont parfois trompeuses, mais le sourire aux lèvres s'affiche pourtant comme de rigueur...
Après la mini-série Mildred Pierce diffusée il y a peu, j'avais envie de re-découvrir un long-métrage de Todd Haynes, ce Far from Heaven se consacrant aux années 50. Comme un hommage au réalisateur Douglas Sirk, Todd Haynes s'est concentré sur ce quartier où priment les jolies maisons bien entretenues abritant des foyers bien sous tous rapports. Derrière ces apparences et ces bonnes paroles que cesse de répéter Cathy (Julianne Moore), leur histoire est toute autre. Différents thèmes sont abordés dans ce portait, l'homosexualité et son improbable guérison, le racisme, les différences sociales, le personnage de Raymond (Dennis Haysbert) représentant ces deux questions. L'image de la femme est également au cœur de l'histoire, sa place au sein du foyer, ses fonctions, ses relations, ce qu'il convient de ce qu'elle doit dire ou faire, ou à qui parler, et comme souvent, Julianne Moore est également merveilleuse dans ce film. Ravie aussi de voir réunit le reste de ce casting, Patricia Clarkson, Dennis Quaid, ou encore Viola Davis. L'ambiance des années 50 est aussi bien représentée, dans les décors et les tenues, l'ensemble étant rehaussé au niveau des couleurs. 5/6

2 commentaires:

  1. J'avais été bouleversée par ce film, je ne l'ai jamais revu de peur d'être déçue par une 2e vision d'ailleurs, tellement j'avais adoré...

    RépondreSupprimer
  2. >Blythe : un très beau film mais je n'ai pas été transcendée non plus. Adoré les acteurs et l'univers cela dit. En effet, si tu as beaucoup aimé au premier visionnage, on est parfois déçu en le revoyant. J'ai eu le cas totalement inverse avec Panic Room dernièrement...

    RépondreSupprimer