Black Swan, de Darren Aronofsky

Photobucket

Film de Darren Aronofsky (2010)
Avec Natalie Portman (filmographie ici), Mila Kunis, Vincent Cassel, Barbara Hershey, Winona Ryder, Benjamin Millepied, Ksenia Solo, Kristina Anapau, Janet Montgomery, Sebastian Stan.
Nina est ballerine au sein du New York City Ballet, et donne toute son énergie et son temps à son métier. Alors que le directeur artistique de la troupe, Thomas Leroy, annonce que la danseuse étoile Beth Mcintyre sera remplacée pour le prochain spectacle du Lac des Cygnes, son choix s'oriente vers Nina pour interpréter la Swan Queen, même si Lily la nouvelle recrue pourrait aussi correspondre au rôle...
Black Swan est assurément un film qui se vit intensément, même des heures ou des jours après la séance... Je vous conseille de courir le voir plutôt que de lire la suite. Habituellement j'essaie de ne rien dévoiler, là je ne peux pas m'arrêter à des impressions générales. Faites-vous votre propre opinion tout simplement en allant le voir.

S'ouvrant sur une sublime séquence dansée, Black Swan est un thriller psychologique qui nous embarque dans un Lac des Cygnes à la fois enchanteur et tourmenté. Nina incarne la Swan Queen (les deux cygnes, blanc et noir), où sa plus grande difficulté va être d'interpréter le Black Swan, invitant ainsi son propre monstre intérieur. Sa folie s'impose tout au long du film, sans pouvoir discerner à tout moment si c'est le fruit de son imagination ou la réalité. Jalousie et rivalité (Lily), exigeance (Thomas), peur de la chute (Beth), enfermement et surprotection (sa mère), Nina est bousculée et poussée à dépasser ses limites dans un monde qu'elle pensait maîtriser : la danse et sa technique.

Le Black Swan exige sans aucun doute un savoir-faire, mais doit aussi passer par le ressenti et exprimer toute la passion du personnage. Tel un étrange double de Nina, Lily possède cette flamme, cette sensualité et accentue d'autant cette dualité dans l'esprit de Nina. Comme si elle était enfermée dans une petite bulle où le dépassement de soi est impossible. Comme si elle s'était arrêtée au monde de l'enfance, sa mère entretenant d'autant plus cette impression en la surprotégeant. Les décors de sa chambre appuient aussi ce point, rose et plein de peluches (à noter le dessin de son oreiller avec les courbes noires), même ses vêtements sont rose, blanc et gris clair. N'ayant jamais eu de vie sociale, elle ne connaît pas le rapport à l'autre, amitié, amour, une sexualité inexistante, dépendante de la danse, dépendante de sa mère, se rapprocher de Thomas et Lily va encore plus faire ressortir sa folie. Pour revenir aux couleurs, ces deux personnages sont plus dans une tonalité sombre et noire, l'appartement monochrome de Thomas en est le parfait exemple (avec là encore une répétition de formes imageant le cygne noir).

Telle une véritable mise en abyme, Darren Aronosfky nous invite dans le monde de Nina où dominent son obsession pour la danse, et cette psychose de l'esprit. Il a choisi de s'intéresser à la danse mais aurait très bien s'orienter vers un autre domaine. Ce qu'apporte en plus cet art, c'est son rapport au physique, ce travail intensif de la technique et du corps, ce côté à la fois désespéré et excessif d'être la meilleure, et la peur de ne plus être au top. La caméra se concentre sur les chaussons, le grincement des semelles, des gros-plans sur les pas de danse qui s'enchaînent à un rythme effréné, la caméra virevolte autour de la ballerine intensifiant cette peur de l'échec. Les effets miroir déroutent, Nina ne contrôle plus ses rêves de la réalité, et au moment où elle a l'air d'aller mieux, tout s'enchaîne... C'est contrôlé, magique et puissant. La musique de Clint Mansell dessert de celle de Tchaïkovski avec majesté et envoûtement. La dernière demi-heure est tout simplement incroyable... Les acteurs sont splendides, Natalie Portman mérite amplement tous ces éloges, son travail sur la danse est crédible et tout en maîtrise. Que dire de plus, j'aurais bien des choses à ajouter, en tout cas, il y avait longtemps que je n'avais pas ressenti autant de frissons et de satisfaction devant tant de beauté terrifiante... 6/6

Et c'est ainsi que commence l'année cinéma 2011...

14 commentaires:

  1. Très bon film en effet! Bon week-end ;o)

    RépondreSupprimer
  2. Je me tâte! Y a pas besoin d'être passionné par la danse classique pour aller le voir? Parce que ça me freine un peu.

    RépondreSupprimer
  3. 100% d'accord, c'est un film envoûtant et passionnant, qui hante longtemps après la vision, et Natalie est magistrale. Comme toi j'ai par moments eu des frissons, surtout à la fin en effet.
    Et j'ai très envie de le revoir !

    RépondreSupprimer
  4. Très bonne critique et je suis à 110% d'accord avec toi, un must see ce film!!

    RépondreSupprimer
  5. >My Little Discoveries : ravie que tu ait aussi passé un bon moment, bon week-end à toi aussi!

    >ennA : la danse est bien sûr omniprésente, mais ce n'est pas la trame principale du film, c'est surtout le personnage de Nina et son parcours vis-à-vis de son rôle dans le ballet. Il y a forcément de la danse classique mais c'est bien plus que cela... J'ai peur de trop en dire si j'ajoute autre chose, si tu choisis d'aller le voir, je serais du coup, curieuse de ton avis...

    >blythe : et en réécoutant la BO, le film hante encore plus... Très envie de le revoir aussi, mais j'ai besoin d'attendre un moment.

    >amy : mercii, j'ai mis pas mal de temps à la rédiger, mais ça fait du bien de revenir sur un film aussi riche!

    RépondreSupprimer
  6. Je peux répondre à ennA, mouah ? :D. Il n'y a pas besoin d'être passionné de danse. Un film avec de la danse réussi, c'est avant tout un bon film dans son ensemble et il se doit alors forcément pouvoir toucher ceux qui ne sont pas réceptif (j'aime à penser que ce magnifique avis s'accorde avec bcp de choses). Alors, à moins d'avoir un problème général - tu n'aimes pas du tout la thématique -,pas la peine d'être freiné. Honnêtement, je n'avais pas prévu de le voir, le sujet et sa médiatisation ne m'ayant pas motivée, et je l'ai regardé car j'essaie de voir les films nominés aux Oscars, et j'ai été véritablement prise dans l'histoire - j'aime le décrire comme étant magnifiquement glauque ! La danse crée un rythme dans le film, elle sert le développement de l'histoire - honnêtement, je reconnais le travail, mais je suis très peu éblouie par la danse, je n'ai d'ailleurs même pas d'avis sur ce plan-là pour le film.

    Pour le coup, je m'arrête là. Mon avis général doit légèrement transparaitre je pense, et puis, Caro, tu sais déjà ce que j'en pense !

    RépondreSupprimer
  7. Heureuse de lire une nouvelle critique positive du film, car depuis sa sortie en France, j'ai l'impression que pas mal de gens s'acharnent à le démonter...

    RépondreSupprimer
  8. >carole : merci pour ta réponse, je n'ai d'ailleurs pas commenté de scènes de danse en particulier dans mon billet.

    >Luxe and Vintage : je pense que les avis sont soit ultra positifs, soit le contraire... je comprend que l'on puisse ne pas aimer un film, mais l'acharnement ne sert en effet à rien! Ravie que tu ait aussi aimé le film!

    RépondreSupprimer
  9. D'accord avec ton avis.
    Sublime film et une Natalie Portman renversante.

    RépondreSupprimer
  10. Tout a fait d'accord !
    Un vrai chef d'œuvre comme la plupart des films de Darren Aronofsky et un casting détonnant, Natalie Portman tient le film sur ses épaules de façon admirable!

    RépondreSupprimer
  11. >iLLy : Natalie ne vole pas toutes ses récompenses, c'est certain!

    >Mademoiselle V : Black Swan est à présent mon film préféré de Darren A. :)

    RépondreSupprimer
  12. J'ai adoré, même si le côté hystérique m'a gênée à certains moments!

    RépondreSupprimer
  13. Très bon film, très bonne critique et très belle Natalie =)

    Dommage qu'après les Oscars, la chorégraphe du film descende Miss Portman en disant qu'elle n'avait réalisé que très peu de scènes de danses au final.

    RépondreSupprimer
  14. >Pin's : Merci beaucoup! Mon plus beau souvenir de cinéma pour l'instant cette année. Et oui très dommage toute cette histoire pour ses séquences de danse...

    RépondreSupprimer