Un Prophète, de Jacques Audiard

Photobucket


Film de Jacques Audiard (2009)
Avec Tahar Rahim, Niels Arestrup, Adel Bencherif, Hichem Yacoubi, Reda Kateb, Jean-Philippe Ricci, Gilles Cohen, Antoine Basler, Leïla Bekhti, Foued Nassah.
Malik, 19 ans, doit purger une peine de prison d'une durée de 6 ans. Ne sachant ni lire, ni écrire à son arrivée à son arrivée à la centrale, il se fait embrigadé par un groupe de prisonniers corse. Servant surtout de larbin pour le caïd corse, il va au fil des jours et des missions imposées se faire son propre réseau...
Cinquième long-métrage de Jacques Audiard, Un Prophète a été LE film français de l'année 2009, que je n'avais donc pas encore vu. Comme dans ses précédents longs-métrages, l'ambiance est à la fois intense et tourmentée, les thèmes de celui-ci, la prison, les trafics, la solitude, rendant l'ensemble d'autant plus pesant. La première heure est assez dure à suivre, avec notamment l'introduction de l'univers carcéral, et le jeune Malik qui n'a pas le temps de prendre ses marques alors qu'il tombe sous l'influence du caïd qui domine les lieux. Il va ainsi se donner les moyens de (sur)vivre, comme une renaissance. Parti de rien, sans qu'il n'y ait personne dehors à l'attendre, il n'a plus que lui-même pour se défendre et avancer... Le casting est excellent de justesse, surtout Tahar Rahim et Niels Arestrup. Jacques Audiard est certainement l'un des réalisateurs français le plus captivant de ces dernières années, même si son univers se révèle sombre et oppressant, surtout dans ce film-ci, l'ambiance carcérale étant étouffante. La photographie (Stéphane Fontaine) fait bien ressortir cette idée, avec une image très bleutée et une lumière rude, ne cherchant pas forcément à mettre en valeur ses personnages (interview de S. Fontaine ici). Le film est également doté d'une superbe bande son signée Alexandre Desplat. Malgré ses 2h30, Un Prophète se laisse suivre avec curiosité et intérêt, et rassure sur le fait que le cinéma français peut proposer encore des projets riches et inspirants. 4.5-5/6

2 commentaires:

  1. J'ai beaucoup de mal avec les films français en général. Ce film est une exception.

    Tu as tout résumé, je reviendrais juste sur la fin : il sort de prison, c'est un grand caïd, il prend la femme de son ex pote et se fait suivre par Cayennne et Q7... Un peu trop à mon goût.

    RépondreSupprimer
  2. >Pin's : je suis très peu films français également... j'ai d'ailleurs mis du temps à voir celui-ci, je ne regrette pas mais j'ai eu cette même impression vis-à-vis de cette fin, et cette belle image...

    RépondreSupprimer