L'Homme qui voulait vivre sa vie, de Eric Lartigau


Film de Eric Lartigau (2010)
Avec Romain Duris, Marina Foïs, Niels Arestrup, Branka Katic, Catherine Deneuve, Eric Ruf, Enzo Caçote, Rachel Berger, Esteban Carvajal-Alegria.
Paul est avocat, marié et père de deux enfants. Tout a l'air d'aller bien dans sa vie, sauf qu'il s'ennuie, et qu'il aurait aimé être photographe. Mais il donne tout à sa famille. Son monde s'écroule le jour où il découvre que sa femme le trompe avec leur voisin… photographe. 
Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu de film français au cinéma, étant rarement fan de l'ambiance et de la façon de jouer. Alors pourquoi ce film? J'avais acheté le livre poche de Douglas Kennedy par hasard en début d'année, et j'ai eu envie d'en savoir plus après avoir lu la 4e de couverture, et découvrir les raisons qui ont pu pousser cet homme à abandonner toute une vie, des enfants, une aisance professionnelle et une vie sociale bien établie. En l'occurrence c'est un drame qui a forcé les choses, mais le personnage de Paul vit surtout une profonde rupture avec tout ce qui l'entoure, une femme qui ne l'aime plus, un métier qui l'ennuie, une passion qu'il n'assouvit pas. Le film reproduit tout juste cet état d'esprit sur le début, la difficulté étant de décrire les pensées du livre par l'interprétation de Romain Duris. L'acteur joue très bien ce rôle, mais il manque souvent des éléments pour rester fidèle à un personnage dépeint dans un roman. L'avantage, c'est que le film ne perd pas de temps, surtout dans sa première partie. La suite est plus comme une introspection sur le héros, livré à lui-même, le film dévoile ses peurs et ses remords, et sa solitude. Seul au monde, il va se forger une nouvelle vie dans un tout autre pays, et tenter de se reconstruire. L'Homme qui voulait vivre sa vie reste plutôt fidèle au roman (sauf dans sa dernière partie), aurait pu être encore plus détaillé mais l'essentiel est là, et le film est empli d'émotions (peut-être un peu excessif par moment). La fin est différente de celle du roman, et s'attache moins à certains personnages qui me paraissaient importants. Le film m'a surtout permis à poser des images sur un texte, pas grand chose de plus. 2/6

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire