[bilan] Downton Abbey {series 1}, de Julian Fellowes


Série britannique (ITV1) créée par Julian Fellowes (2010 - ...)
Saison 1 de 7 épisodes
Avec  Hugh Bonneville, Maggie Smith, Elizabeth McGovern, Penelope Wilton, Dan Stevens, Michelle Dockery, Laura Carmichael, Jessica Brown Findlay...
Avril 1912, Downton Abbey, lieu de résidence de la famille aristocrate des Crawley et de ses domestiques. La série est un portrait de ces personnages, leurs rapprochements, leurs amours, leurs conflits, leurs vengeances, ainsi que le contexte du moment, le Titanic vient de sombrer et la politique européenne est en plein bouleversement...
S'il y a une série qui m'a enchantée en cette rentrée automnale 2010, c'est Downton Abbey. Avec seulement 7 épisodes (j'aime les saisons au format court, j'en aurais pourtant demandé un peu plus pour celle-ci...), elle a su me captiver dès le premier épisode. Le générique introduit très bien l'univers dans lequel interagissent les différents personnages, présentant d'abord le travail qu'accomplissent les domestiques avant le réveil de Lord Grantham et sa famille. Ces quartiers se présentent comme une véritable communauté, dont certains liens s'apparentent à ceux d'une famille. Les connexions sont également très rapprochées entre les domestiques et leurs patrons, restant unis malgré les difficultés et les mauvais coups de certains. Tous ces personnages sont dotés d'un casting excellent, de Maggie Smith à la jeune Jessica Brown Findlay, les interprétations sont d'une impeccable justesse. 

Downton Abbey possède également beaucoup de valeur grâce à des dialogues intelligents et tout en retenue, pourvus d'une pointe d'humour (certaines répliques de Maggie Smith sont justes extra). Raffinement et sobriété sont deux termes qui poursuivent les différents épisodes de la série, embellis par un superbe décor (château d'Highclere dans le Hampshire) et des tenues à la fois simples et recherchées (tons, matières, nouvelles modes...). 

1912, c'est aussi une époque qui évolue, la lutte des classes débute tout juste -la première guerre va certainement changer encore plus la donne-, c'est aussi les prémices de l'émancipation de la femme -pour le droit de vote notamment-, et plus anecdotique, l'arrivée des premiers pantalons féminins. Les différentes storylines sont aussi toutes développées à égalité, chaque histoire prenant le temps d'être traitée, tout en gardant un rythme régulier et intense dans chacun des épisodes. Le personnage de la plus jeune fille Crawley, Lady Sybil, éclaire très bien quelques-uns de ces bouleversements. En plus de tout cela, il ne faut pas oublier le côté romantique que rencontrent les différents personnages, les amours impossibles, les coups bas, les jalousies... Bref, Downton Abbey a charmé son public sur bien des points, autant esthétiques que dans le fond. Vivement la saison 2, la fin de celle-ci offrant de riches perspectives pour l'histoire...

À suivre le générique de la série :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire