The American, de Anton Corbijn


Film de Anton Corbijn (2010)
Avec George Clooney, Irina Björklund, Lars Hjelm, Johan Leysen, Paolo Bonacelli, Giorgio Gobbi, Silvana Bosi, Thekla Reuten, Guido Palliggiano, Samuli Vauramo.
Jack est un tueur à gages qui doit se replier après avoir tué trois personnes en Suède. Il pose ses valises dans une petite ville au-dessus de Rome. Tout le temps sur le qui-vive, il sent la menace partout où il va. Est-il vraiment poursuivi? Lui veut-on sa mort? Est-ce une raison pour ne pas se lier avec autrui?
Second long-métrage à sortir sur grand écran après le très bon Control qui se concentrait sur la vie de Ian Curtis, The American est un film qui ne ressemble à aucun autre, à la fois étrange et mystérieux, calme et intriguant. Ayant une relation très proche avec le noir et blanc (en photographie notamment et pour le film Control), Anton Corbijn utilise cette fois la couleur, mettant ainsi en lumière les superbes paysages italiens, et ces petites ruelles du village italien tout en marches et en recoins bien sombres, parfaits pour l'ambiance. Sans chercher de réponse et de but à tout, l'histoire est centrée sur le personnage de Jack, seul et solitaire, qui ne garde sa confiance et son instinct de survie en restant éloigné des gens vivant autour de lui (allant même jusqu'à commettre l'irréparable), mais il arrive un moment où des liens avec autrui deviennent essentiels. George Clooney nous présente un personnage plus très sûr de lui, mais qui connaît son travail à la perfection. Le suivre dans ses tâches quotidiennes (et sportives) va peut-être en décourager plus d'un, la première partie met un peu de temps à démarrer mais j'ai aimé que le film prenne son temps. Manquant parfois de matières, The American a pour moi un certain caractère et gagne en énergie au fur et à mesure du film (n'atteignant pas non plus une tension intense). 4/6

2 commentaires:

  1. Cela doit faire fort longtemps qu'on se retrouve à voir un film à la même période.
    Je n'ai pas eu de problème avec le fait que le film prenne son temps, mais plus avec l'absence d'enjeux ou d'évolutions qu'il y a. Ce n'est pas désagréable, mais au bout d'un moment, j'attendais qu'il se passe quelque chose. Le film manque en effet de matière. Il y a des scènes dans la seconde partie qui ont une excellente tension (comme celle dans le café - je n'en dis pas plus, pour éviter le spoiler), mais l'histoire aurait gagné à avoir quelques approfondissement - même le truc avec les papillons est simplement dessiné, ce qui fait que cela en devient presque anecdotique alors qu'il est évident que cela ne l'est pas et que c'est très symbolique.

    RépondreSupprimer
  2. >Carole : en plus je me suis décidée à aller le voir en dernière minute, mes horaires de boulot ayant changé deux jours avant ;)
    C'est comme si on l'avait ensemble avec des impressions similaires. Le film aurait pu être plus complet, avec plus de substances. Pas désagréable mais je ne sais pas si du coup c'est un film qui va me rester en mémoire... George est parfait en tout cas!

    RépondreSupprimer