[bilan] Breaking Bad {saison 1}


Série créée par Vince Gilligan (2008-...)
Avec Bryan Cranston, Anna Gunn, Aaron Paul, RJ Mitte, Dean Norris, Betsy Brandt, Adam Godley, Jessica Hecht, Raymond Cruz.
Walter White, la cinquantaine, est professeur de chimie dans un lycée. Il va bientôt être papa pour la seconde fois, entouré d'une femme attentionnée et pragmatique, d'un fils adolescent handicapé moteur, d'un beau(f)rère flic de la brigade des stupéfiants et d'une belle-soeur cleptomane (mais ça, ce n'est qu'un détail). Le jour où il apprend qu'il est atteint d'un cancer du poumon incurable, il reste stoïque et ne pense qu'à une chose : laisser suffisamment d'argent à sa famille une fois qu'il ne sera plus là.
Premier constat, Breaking Bad ne ressemble à aucune autre série avec son humour sinistre et son ambiance oppressante. D'une qualité indéniable tant dans la mise en scène que dans l'écriture, j'ai ressenti un panel assez large de sentiments devant ces 7 épisodes. Diffusée en pleine grève en 2008, la saison 1 a été tronquée de quelques épisodes, Vince Gilligan n'ayant pu achevé son idée initiale pour la fin de cette saison. Une bonne chose, pas une bonne chose, je ne sais pas, j'ai en tout cas été ravie d'arriver à l'épisode 6, où on découvre le nouveau visage de Walter White (et grâce au fulminate de mercure aussi).

Les premiers épisodes sont assez éprouvants, il y a l'annonce du cancer, que Walter prend plutôt bien,  le refus du traitement, et puis la chimiothérapie. Pour ma part, j'ai eu tendance à réagir comme sa femme Skyler, inquiète, se renseignant à tout prix sur les démarches médicales à suivre (sans se soucier des finances), et organisant même une intervention assez maladroite (the talking pillow!) pour qu'il se soigne. J'ai aussi eu tendance à mettre des visages de mes proches disparus à la place de celui de Walt, mauvais plan, oui je sais, d'où mon inconfort... Je ne fais pas ça habituellement, arrivant à faire la part des choses entre la réalité et la fiction. Là le thème m'a un peu pesé sur le cœur.... Heureusement, il y a beaucoup d'humour, certes très glauque, et des répliques très bien écrites, notamment celles du personnage de Jesse que joue Aaron Paul (Big Love), une petite frappe de dealer, ancien élève de White. D'abord hésitant et douteux de leur partenariat, il va littéralement halluciner devant le savoir-faire évident et naturel de Walter. Pensant bien faire les choses jusque là, à eux deux, ils vont accumuler bon nombre d'erreurs, surtout au début (la scène de la baignoire, waouh... beurk!), pour mieux s'allier ensuite. Un autre chemin se traçait pourtant pour Walter, 'cuisiner' des amphètes est pour lui plus que gagner de l'argent facile, il ne veut de la charité de personne d'autre, pas même de son ancien collègue qui a quand même créé sa propre entreprise grâce à lui.

Du côté des autres personnages, Skyler est une femme qui sait ce qu'elle veut, représentant quasiment la chef de famille, face à un mari timide et introverti. On aurait pu la croire coincée, loin de là, surtout devant la scène de la réunion au lycée... Beaucoup aimé la scène quand elle va voir le dealer du coin (Jesse donc) pour lui demander, poliment, d'arrêter de vendre à son mari de la marijuana (héhéh). Walter a aussi un fils adolescent avec qui il s'entend bien mais qui a plus d'affinités avec son oncle Hank, le flic de la DEA. Talentueux dans son métier, il roule des mécaniques et a un humour assez lourd on va dire, un beauf quoi... Sa femme Marie, et sœur de Skyler donc, est pour l'instant le personnage le moins intéressant, à voir comment cela va évoluer par la suite.

Breaking Bad est donc une bonne découverte télévisuelle que j'ai envie de découvrir encore plus. Cette saison 1 est à la fois bien présentée, tant au niveau du contexte que des enjeux, mais j'ai besoin de plus d'éléments pour m'attacher aux personnages. Exposer trop rapidement la nouvelle activité, illégale, de ce prof de chimie bien sous tout rapport aurait nuit à son processus de réflexion, sur 7 épisodes, c'est plutôt bien géré à ce niveau-là. Sa scène dans la voiture après l'explosion a un effet déclencheur pour la suite, pour lui comme pour nous. Breaking Bad. La série est en cours de diffusion de sa troisième saison sur la chaîne AMC (qui diffuse aussi une autre série de grande qualité : Mad Men), moi je vais enchaîner avec la saison 2... A suivre une promo de cette première saison :

5 commentaires:

  1. Tu ne le regretteras pas, la saison 2 est encore meilleure.

    RépondreSupprimer
  2. Celle-là aussi est sur ma liste de rattrapage, au moins y a pas trop d'épisodes !

    RépondreSupprimer
  3. Mouais, dans mon cas, elle a ses hauts et ses bas. Ça commence légèrement à remonter (sérieux, c'était la grève, il n'y avait rien d'autre à faire que regarder Breaking Bad), alors je vais dire que pour les deux saisons (le début de la saison 2 correspond clairement aux épisodes manquant de fin de saison 1), il y a de bonnes et de mauvaises choses. Il pousse parfois le symbolisme un peu loin, et ça tourne en rond sur certains développements, cela m'a un peu agacé. Le rythme se révèle frustrant vu qu'ils font clairement une chose à la fois. Bref, je ne suis pas aussi enthousiaste que la plupart des gens. Je regarde sans déplaisir, mais je dois bien dire que la série ne suscite pas plus dans son ensemble. Au passage, je trouve Aaron Paul véritablement excellent dedans.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai trop de séries et de livres en retard en ce moment, c'est pas possible...

    RépondreSupprimer
  5. >Christophe : j'ai hâte de voir ça...

    >blythe : surtout la saison 1, juste 7 épisodes, mais du coup, c'est pas facile de se donner une idée aussi rapidement...

    >carole : en fait je ne sais pas pourquoi si le sujet si m'a plus touché ou si c'est que j'adhérais moins à certains épisodes, mais voilà j'ai regardé cette première saison moins rapidement que pour d'autres séries...On verra bien avec cette saison 2 (juste vu le premier pour l'instant et même sentiment...) Et pour Aaron Paul, c'est dans Big Love que j'ai surtout appris à le connaître (mon intérêt pour l'histoire sur Sarah, c'était surtout grâce à lui).

    >Luxe and Vintage : pour ma part, la lecture est quelque peu entre parenthèses.... (sauf pour les bouquins de True Blood!)

    RépondreSupprimer