Someone like you {Attraction animale}, de Tony Goldwyn


Film de Tony Goldwyn (2001)
Avec Ashley Judd, Greg Kinnear, Hugh Jackman, Marisa Tomei, Ellen Barkin, Catherine Dent, Peter Friedman, Laura Regan, Sue Jin Song, Keith Reddin.
Intelligente, jeune et belle, Jane Goodale fait partie de l'équipe de Diane Roberts, présentatrice d'un talk-show dont la côte de popularité ne cesse de grimper dans les sondages. Un jour, l'un de ses collègues de travail, Eddie Alden, séducteur invétéré qui change de petite amie comme de chemise, lui présente Ray Brown, le nouveau producteur de l'émission. D'emblée, l'attirance est réciproque et les rendez-vous en tête-à-tête ne tardent pas à se multiplier. Au bout de quelques semaines, Ray annonce à Jane qu'il va quitter sa compagne, une certaine Dee, et lui propose de vivre ensemble. Mais à l'approche de leur emménagement, Ray se montre de plus en plus distant...(Source cinemovies)
A suivre dans la filmographie de Hugh Jackman, ce long-métrage que je n'avais pas encore vu. Et avant l'acteur, il y a Tony Goldwyn que je suis depuis bien (bien) longtemps, du temps où il était surtout acteur notamment dans Ghost ou L'affaire Pélican. Sa filmographie en tant réalisateur est surtout centrée sur le monde de la série tv (Dexter, The L Word, Grey's anatomy, Damages), parmi les films, je n'ai vu que The Last Kiss, dont je n'ai pas un souvenir très marqué... Someone like you était d'autant plus attirant qu'il y a en plus Hugh Jackman au générique. Après un début de film étrangement décalé où l'attirance entre êtres humains est comparée à celles des vaches (Attraction animale), on découvre Jane et Eddie travaillant pour une émission de télévision, qui ne sont alors que des amis. Une relation souvent vue au cinéma mais qui fonctionne ici à merveille : la séquence cheerleader est excellente... Le film fait pas mal réfléchir aussi (si le sujet vous parle bien sûr), est parfois très bavard, mais au moins, ça change des personnages féminins parfois trop pleurnicheurs, ou crieurs. Ashley Judd est une actrice que j'affectionne, dommage que sa carrière soit proche du point mort. Someone like you est donc un film qui m'a bien plu, cela dit, il peut ennuyer un public habitué à des comédies romantiques plus légères. 4/6

5 commentaires:

  1. Tiens, tu ne l'avais pas encore vu ! Moi je la considère bien légère cette comédie romantique - et je l'ai vu plusieurs fois, ce qui signifie donc que je l'aime bien. La comparaison avec les vaches lui donne toute sa saveur.

    C'est drôle pour le coup, je suis allée voir la filmo d'Ashley Judd, vu que le dernier film que j'ai vu avec elle est Bug et qu'il date de 2006. Et en effet, elle n'a pas fait grand chose depuis. Imdb me dit qu'elle est actuellement à Harvard (info ultra vitale, on en convient).

    RépondreSupprimer
  2. >carole : c'est plus le fait que j'ai trouvé le film assez bavard que je le trouve moins léger que certains autres films. Mais léger n'est pas le mot exact et je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Et le truc des vaches j'ai trouvé ça énorme! Pour Ashley je n'avais pas vu pour Harvard, heum... elle a joué dans Crossing over l'année dernière mais je doute que cela soit d'un vif intérêt ;)

    RépondreSupprimer
  3. Bon je l'ai déjà dit, moi c'est une de mes comédies romantiques préférées. Le coup des vaches bien sur, la scène cheerleader, énorme, mais aussi tout un tas de détails. Tout le passage où Ray commence à s'éloigner de Jane (Double pane, single pane), la confrontation de Eddie avec son ex, les scènes chez la soeur de Jane, la découverte de Dee. Bref je trouve que TOUT absolument TOUT sonne juste dans ce film.

    Il y a juste le baiser de la fin que je trouve moche... Je ne sais pas pourquoi, je le trouve a-romantique au possible.

    RépondreSupprimer
  4. Ah enfin ! Pour moi l'une des rares vraies bonnes comédies romantiques, d'autant plus sympa qu'il y a Hugh donc, par contre je suis pas fan d'Ashley Judd...

    RépondreSupprimer
  5. >Tink again : ça sonne juste en effet et ça ne fait pas tout un tas de chichis, c'est surtout ce que j'ai aimé. Carrément pas subtil l'éloignement de Ray et tellement courant... Je suis d'accord avec toi pour le baiser de la fin, il m'a sonné très faux aussi mais je l'ai trouvé tellement évident que bon je ne l'ai pas retenu ;)

    >blythe : la scène où ils se lèvent tous les deux en même temps cette nuit-là, love that! Pour Ashley Judd, je me souviens surtout d'elle dans Frida...

    RépondreSupprimer