La jeune fille de l'eau {Lady in the water}, de M.Night Shyamalan


Film de M.Night Syamalan (2006)
Avec Paul Giamatti, Bryce Dallas Howard, Jeffrey Wright, M.Night Shyamalan, Freddy Rodriguez, Noah Grey-Cabey...

Cleveland Heep a tenté discrètement de se perdre à jamais dans les abysses de son vieil immeuble. Mais, cette nuit-là, il découvre dans le sous-sol de la piscine une jeune nymphe sortie d'un conte fantastique. La mystérieuse "narf" Story est poursuivie par des créatures maléfiques qui veulent l'empêcher de rejoindre son monde. Ses dons de voyance lui ont révélé l'avenir de chacun des occupants de l'immeuble, dont le sort et le salut sont étroitement liés aux siens. Pour regagner son univers, Story va devoir décrypter une série de codes avec l'aide de Cleveland... pour peu que celui-ci arrive à semer les démons qui le hantent. Le temps presse : d'ici la fin de la nuit, leur destin à tous sera scellé... (source Allociné)
Cela pourrait être d'une naturelle simplicité de parler de La Jeune Fille de l'eau, un conte pour enfants racontés pour tous, une mise en scène bien linéaire et cohérente. Sauf qu'il y a beaucoup plus à en dire. M.Night Shyamalan raconte l'intrusion d'un univers fantastique dans notre monde, au sein d'une résidence peuplée de personnages tous aussi communs et importants les uns que les autres. Comme un jeu de rôles en fait. Shyamalan s'accorde une place un peu plus grande dans son casting par rapport à ses précédents films. A la sortie du film, le réalisateur a été montré du doigt *houu il se la pète*, le fait que son personnage va changer la face du monde ne m'a pas dérangé, ça m'a plus fait sourire.

Parmi les autres personnages, la jeune Narf/Bryce Dallas Howard est tout compte fait peu présente à l'écran. Paul Giamatti est fabuleux en concierge qui a perdu tous ses êtres chers. Apprécié de tous, il n'a plus goût à rien. J'ai bien aimé sa relation avec Story, et tous les autres personnages. Il y a d'ailleurs beaucoup d'humour dans ce film. Moins aimé par contre le critique de cinéma et le gamin, j'ai trouvé que leurs actions rendent moins crédible le cours de l'histoire. Malgré quelques longueurs sur la fin et un léger de quelque chose que je ne saurais définir, La Jeune fille de l'eau m'a plu pour son émotion, son côté surnaturel, son ambiance, ses personnages, la foi en une histoire presque naïve, d'une beauté merveilleuse (le plan de fin dans la piscine est tout simplement incroyable). Et je veux bien en voir plus souvent des films comme ça. 4.5-5/6

4 commentaires:

  1. Exactement, beaucoup parlaient de déception à l'époque mais j'en veux bien plus souvent des déceptions comme ça, j'avais beaucoup aimé aussi !

    RépondreSupprimer
  2. >blythe : et du coup, j'avais vachement écouté les échos et ne l'avais jamais regardé...

    RépondreSupprimer
  3. je l'ai découvert tout récemment, et j'ai failli verser une petite larme à la fin; Un très beau conte de fée si on accepte de se prendre au jeu.

    RépondreSupprimer
  4. >cybellah : oui si on n'adhère à tout le côté 'conte', on passe un peu à côté du film. Moi aussi j'ai découvert le film sur le tard, et il m'avait enchanté!

    RépondreSupprimer