Friday night lights, 10e épisode


3x10 : The giving tree (***)

Bon, c'était encore du tout bon pour moi avec cet épisode, ou presque. On pourrait dire que Buddy Garrity est le bad guy de la série. En tout cas, dès que l'histoire s'appitoie sur son sort (ses enfants qui lui en font voir de toutes les couleurs), il perd le contrôle et fait une connerie, perdant alors le peur de famille qu'il lui restait : Lyla. C'était prévisible et moins intéressant. Mais la série n'est pas à bout des surprises, et de bonnes, c'est encore mieux.

A commencer par Matt. Les choses sont devenues plus sérieuses entre lui et Julie. Et au cours d'un après-midi bien occupé, ils sont surpris au lit par Eric. Je pense que c'est l'image qu'aucun parent ne souhaite voir... Tellement sous le choc, Eric aura attendu le soir d'être en tête-à-tête avec Tami pour en parler. Tami a la conversation avec sa fille. Et par contre, Matt m'a fait chai-pas-quoi quand il doit retourner chez Julie et rediscuter avec Eric. Les deux acteurs sont super touchants et on a envie de les rassurer tous les deux.

Pour en revenir à Lyla, elle a quitté la maison, son père ayant claqué tout son argent de l'université. Après une courte halte chez les Taylor, elle file chez Tim Riggins, le boyfriend. Et là aussi, j'ai beaucoup aimé le personnage de Tim. J'ai beaucoup aimé son calme devant Buddy Garrity quand il veut ramener sa fille chez lui, impressionnant.

Et puis, il y a Tyra, qui doit réparer les pots cassés après son retour de Dallas. C'est moins rose, mais ancré dans sa réalité : le chemin des cours et les tests qu'elle doit bucher. Elle demande de l'aide à Landry qui accepte les yeux fermés. Sous les conseils de ses amis musiciens, il finit par se rendre compte qu'elle se sert de lui. Il lui fait comprendre et en retour Tyra va leur dégoter une date de concert pour monter sur scène. Donnant-donnant sans que Tyra comprenne vraiment le point de vue de Landry. Et au vu des yeux ébahis de Tyra quand il est sur scène, est-ce un couple qui va à nouveau être d'actualité?

Et puis dans le genre 'mec à étriper', je nomme le père de J.D. McCoy. J.D. découvre enfin que la vie ne se passe pas que sur un match de football, que les sorties, les filles et les loisirs peuvent aussi faire partie de sa vie. ce qui est aussi l'avis de sa mère. Ni une ni deux, le père interdit à J.D. de sortir avec Madison. Sauf que J.D. commence à réaliser, et poussé par Riggins notamment, il se rebelle petit à petit, allant même jusqu'à faire le mur avec sa copine, devant le beau sourire de sa mère...

Beaucoup de choses dans cet épisode, des histoires qui suivent leur cours avec plus ou moins des surprises. Ha oui et puis comme dans tous les derniers épisodes de cette saison, il y a aussi le match de la semaine où Eric se fait virer du terrain qui n'a pu s'empêcher de s'énerver (et quelle crise!) devant l'incompétence des arbitres qui ne sifflent aucune faute.

4 commentaires:

  1. Yeah LA scène de Eric et Matt est vraiment géniale. Super bien écrite et super bien interprétée! Buddy lui m'énerve au plus haut point, parfois je passe même en accéléré ses scènes ou fait autre chose en même temps tellement je ne le supporte pas!

    RépondreSupprimer
  2. En plus, je trouve que Buddy parle ultra lentement, c'est encore plus énervant...

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai ça tiens! Maintenant que tu le dis c'est une des choses qui m'énerve le plus chez lui, sa façon de parler!

    RépondreSupprimer
  4. et puis c'est pas vraiment un personnage charismatique quoi... et c'est de pire en pire je trouve, rapport au ventre qui grossit sûrement! mais bon heureusement, les storylines restent ultra bien écrites, ça compense pour Buddy.

    RépondreSupprimer