Alias {2x20}


Alias 2x20 : Countdown / 48 heures (**)

Un épisode un poil moins bon à mon goût, sûrement parce qu'il a son lot de scènes dramatiques. L'épisode est monté en puzzle et commence sur un Dixon bien énervé qui menace un mec à terre de faire exploser la bombe qu'il a entre les mains. Scène suivante, on se retrouve chez Dixon justement, aux funérailles de sa femme. On comprend alors tout de suite que la seule chose qui le fait avancer c'est de retrouver Sloane à tout prix, décidé à tout tenter. Tout au long de l'épisode on voit bien qu'il a du mal à faire face et à contrôler sa force (la scène où il tabasse le tueur est assez impressionnante). Bureaux de la CIA, un nouveau personnage arrive (actrice déjà vue chez J.J. Abrams dans Felicity, Amanda Foreman) : Carrie. On sent tout de suite que Marshall n'est pas indifférent à son charme et fait encore plus son 'marshall', la scène est amusante. Syd et Dixon partent ensuite en mission à Panama pour retrouver un homme dont l'ADN a été représenté par Rambaldi dans son livre. Sur place, ils découvrent l'homme mutilé et son coeur arraché... Autre scène mémorable, David Carradine en guest star, il annonce à Sloane qu'il savait que sa femme allait mourir et que sa quête sur Rambaldi commencée 30 ans plus tôt ne fait que commencer... ah oui?

L'épisode se termine sur Syd et Vaughn mangeant une glace dans un parc, la scène est touchante mais sans plus. L'épisode a traîné une tristesse tout du long, le rendant un peu moins attractif. Cela dit, Sydney est toutjours au top, les scènes du coeur et du passage à tabac sont assez effrayantes et les scènes entre Carrie et Marshall allègent un peu l'ensemble. Plus que deux épisodes et la saison 2 sera terminée, bouhou!

2 commentaires:

  1. Ha je l'aime assez cet épisode. J'aime ce qu'il raconte sur le rapport entre Syd et Vaughn. Et j'aime beaucoup cette scène de fin justement. En tout cas elle me parle énormément...

    RépondreSupprimer
  2. j'ai été déçue par cet épisode, je trouve qu'il manque un truc, je ne sais pas trop pourquoi à vrai dire.

    RépondreSupprimer