À la une :

[galerie] Portraits Comic-Con par EW (1)


Comme chaque année, le Comic-Con prend ses quartiers à San Diego pendant quelques jours, l'occasion de découvrir des bandes-annonces inédites et des photoshoots organisés par exemple par Entertainment Weekly dont voici certains clichés du premier jour de festival :

Banshee :
The Giver
Jim Parsons (Home) :
 
Under The Dome :
Hannibal :
Legends :
Penguins of Madagascar :
Teen Wolf :
Zachary Levi (Nerd HQ) :
Lire la suite »

[bande-annonce] Predestination de Michael & Peter Spierig (2014)


Cinq ans après Daybreakers, les réalisateurs et scénaristes Michael & Peter Spierig reviennent avec un nouveau film de science-fiction : Predestination, dont l'histoire a été initialement écrite par Robert A. Heinlein. Alors que le film Daybreakers se consacrait au monde des vampires, Predestination se concentre cette fois-ci sur le voyage dans le temps. Au générique on retrouve à nouveau Ethan Hawke, ainsi que Noah Taylor, et Sarah Snook. Le film n'a pas encore de date de sortie.

Lire la suite »

Finding Vivian Maier {À la recherche de Vivian Maier} de John Maloof & Charlie Siskel (2013)


Film documentaire écrit et réalisé par John Maloof & Charlie Siskel (2013).
Avec John Maloof, Mary Ellen Mark, Phil Donahue, Joel Meyerowitz, Tim Roth...

Finding Vivian Maier raconte l'histoire incroyable d'une nanny dont la passion pour la photographie aurait pu lui faire changer de métier et devenir célèbre grâce à ses clichés. Mais sa personnalité était tellement secrète et solitaire, qu'elle n'a presque pas effectué de tirage de ses pellicules. Ce documentaire dévoile une partie du mystère Vivian Maier...
Les documentaires consacrés à la photographie sont assez rares sur nos écrans de cinéma, cela fait plaisir de voir qu'il a été diffusé un peu partout en France (jusqu'à Nantes en tout cas). Vivian Maier a travaillé en tant que nourrice, s'étant occupée de bon nombre d'enfants entre Chicago et New York, certains ayant témoigné pour les besoins du film. Mais ce qu'elle aimait par dessus tout, étant donné le nombre de valises remplies de négatifs, c'était la photographie, avec une nette prédilection pour la photographie de rue. Qui est-elle ? Pourquoi n'a-t-elle pratiquement pas effectué de développement, ni montré ses photographies à quelqu'un d'autre ? Dans quel but réalisait-elle cette collection ? C'est ce que tentent de révéler John Maloof et Charlie Siskel dans ce documentaire.

John Maloof, 25 ans, aime chiner dans les brocantes, et les ventes aux enchères. Alors qu'il cherche des illustrations pour un livre sur Chicago qu'il est en train d'écrire, il fait l'acquisition de photographies lors d'une vente (il détient à présent plus de 100 000 négatifs de l'artiste). Débute alors la fascinante mise en lumière de la photographe. Décédée en 2009, elle n'aura pas assisté à sa propre révélation photographique et artistique. L'autre question que le spectateur ne pourra s'empêcher de se poser, c'est : Vivian Maier, en la découvrant si secrète et mystérieuse, aurait-elle aimé voir sa vie exposée aux yeux du monde ? De nature sauvage, le portrait dressé dans ce documentaire surprend, et dévoile une image difficile à définir de Vivian Maier. Sans laisser une description bien nette, les activités parfois excentriques de cette nounou se reflètent dans ce récit : changements d'identité, se présenter comme étant une espionne, interviewer des clients dans un supermarché sur un sujet comme le Watergate. Comme si elle pratiquait le métier de journaliste. Ou de photo reporter.

Finding Vivian Maier ne se focalise pas beaucoup (pas assez ?) sur les photographies de l'artiste. C'est l'un des reproches que je ferais envers le documentaire. Le fait que plusieurs propos se contredisent alimentent encore plus le mystère, et certains de ses actes pourraient aussi nourrir les colonnes de faits divers qu'elle aimait tant collectionner. Son goût pour accumuler tout un tas d'objets et d'accessoires fascine également (et rappelle l'amas de bibelots en tout genre de Wall-E). Mieux qu'un trésor de pièces d'or, ces cartons et valises de négatifs nous présagent de belles découvertes photographiques avec encore beaucoup de clichés à développer. Et puis même à la fin du film, on se demande toujours qui elle était vraiment. Gardons le mystère, c'est ce qui rend l'artiste encore plus singulière. 5/6

Pour aller plus loin :
Documentaire de Jill Nichols (Uk, 50 min).
Interview de Charlie Siskel sur France Inter.
Exposition en cours à la Galerie Les Douches, Paris (jusqu'au 26 juillet).
Parutions chez PowerHouse Books.

Lire la suite »

[bilan] Fargo, une série créée par Noah Hawley (FX, 2014)


Série tv créée par Noah Hawley (2014).
D'après le film des Frères Coen (1996).
Avec Martin Freeman, Billy Bob Thornton, Allison Tolman, Colin Hanks, Bob Odenkirk, David Carradine, Joey King, Adam Goldberg, Kate Walsh...
Un dénommé Lorne Malvo arrive dans la petite ville de Bemidji, dans le Minnesota. Sa nature fourbe et asociale va le pousser à influencer certains des habitants, les menant sur une route où les demi-tours sont devenus impossibles...
Adaptée du film des frères Coen, la série télévisée Fargo a été diffusée sur la chaîne FX avec une première saison de dix épisodes. Déclinée du film, on peut se demander l'intérêt du projet, le long-métrage faisant partie des films cultes et incontournables (il est aussi n°149 dans le top 250 d'IMDb), à quoi bon le remanier pour une série télévisée ? Précisément parce qu'il n'y a que de bonnes raisons, permettant à la série de faire partie de celles qu'il faut avoir vu ces derniers mois. Il n'est pas nécessaire de connaître le film pour apprécier la série, celle-ci proposant un récit et des personnages différents, avec malgré tout des similarités et clins d'œil vis-à-vis du long-métrage.

Le casting représente l'une des principales forces de la série. Ainsi que les dialogues. Billy Bob Thornton interprète le personnage de Lorne Malvo, un tueur impitoyable friand de mener le chaos autour de lui, qui plus est avec humour, beaucoup d'humour. En plus de suivre cet acteur avec fascination et divertissement, il est entouré d'acteurs, même secondaires, tout autant excellents : Martin Freeman, Allison Tolman, Colin Hanks, Bob Odenkirk ou encore le duo Adam Goldberg et Russell Harvard. Finement écrits par Noah Hawley, les dialogues se suivent avec délice, c'est noir, décalé, et plein de réjouissances scénaristiques amusantes. En plus de toutes ces bonnes choses, le montage met en valeur des scènes tout simplement excellentes, comme le passage en fin d'épisode 7 avec une séquence de tuerie présentée en mode sonore. Et ceci n'est qu'un exemple, nombreuses sont les scènes qui se démarquent d'un montage banal. Beaucoup d'attention a été donnée également à la photographie, signée Matthew J. Lloyd et Dana Gonzales. Sans oublier la bande originale, composée par Jeff Russo, que l'on peut écouter ici.

Sans entrer dans les détails de l'histoire (il existe des sites comme Critictoo qui le font très bien), la série télévisée Fargo se détache avec brio du film qui l'a inspirée. Bijou d'humour noir, elle se révèle drôle, cinglante, et... sanglante aussi. La chaîne FX a renouvelée le show pour une seconde saison. À l'instar de True Detective, American Horror Story ou encore Black Mirror, Fargo est une série d'anthologie, où seul le thème va faire le lien entre les saisons, de nouveaux personnages vont faire leur apparition, et chaque récit restera propre à chaque saison. La série est nominée à de nombreuses reprises aux Emmy Awards, il n'est pas surprenant de voir les acteurs Martin Freeman, Billy Bob Thornton, Allison Tolman et Colin Hanks en lice pour les récompenses de meilleurs acteurs. Fargo a également de bonnes chances d'être sacrée meilleure mini-série devant American Horror Story: Coven, Bonnie & Clyde, Luther, Treme, et The White Queen. À suivre, une courte vidéo promotionnelle, histoire d'attiser votre curiosité :

Lire la suite »

Everyone's Going to Die de Jones (2013)


[Article déjà paru en mars 2014]

Film britannique du collectif Jones : Max Barron & Michael Woodward (2013).
Avec Nora Tschirner, Rob Knighton, Kellie Shirley, Stirling Gallacher, Liberty Selby, Madeline Duggan, Eliza Harrison-Dine, Ellie Chidzey, Dimitrijs Burilov, Mark Kempner, Kylie Hutchinson, Jamie Chung... 
Melanie doit faire un choix, décisif pour la suite de sa vie. Ray est arrivé à un point où plus rien ne va dans sa vie. Everyone's Going to Die est l'histoire d'une rencontre entre deux personnages qui n'avaient a priori rien en commun.
Film vu dans le cadre du Festival Premiers Plans à Angers en janvier dernier (il me reste d'ailleurs quelques autres critiques à rédiger), Everyone's Going to Die a fait partie de la sélection en compétition de cette année 2014. Alors que Melanie se réveille d'une soirée déguisée, Ray est de retour dans cette petite ville où il doit effectuer un job un peu louche. Rien ne les prédestinait à se rencontrer, encore moins à converser sur leurs vies respectives. La trame du film ressemble à mille et un autres films, fait penser à Before Sunset et Lost in Translation et aux films des frères Coen, et pourtant, Everyone's Going to Die réussit quand même à surprendre, à toucher, et à amuser.

Les deux acteurs sont tout deux excellents, avec Ron Knighton jouant le rôle de Ray qui n'en est qu'à son second film, et Nora Tschirner qui a surtout travaillé en Allemagne (son pays d'origine). La légitimité de leur connexion peut interroger. D'univers et de génération différents, on entre pourtant complètement dans leur jeu et leur duo. Tout deux égarés et à un point de leur vie où plus grand chose n'a de sens, cette alliance prend parfois des tournures inattendues. Ajoutée aux dialogues à la fois cinglants et cocasses, le film se révèle tout simplement drôle et plein de charme. Everyone's Going to Die est une comédie douce-amère qui, certes, ne bouscule pas le genre, mais qui fait passer assurément un bon moment (la moyenne des notes public au festival d'Angers a été de 3.658 / 4). La sortie dans les salles françaises est prévue pour le 2 juillet prochain. Sur une musique du groupe britannique Slow Club, "Two Cousins", voici à suivre une bande-annonce sous-titrée en français, ainsi que deux chouettes affiches.



Lire la suite »

[bande-annonce] Young Ones de Jake Paltrow (2014)


Écrit et réalisé par Jake Paltrow (The Good Night), Young Ones est un film de science-fiction qui se situe dans un futur pas si lointain. L'eau y est devenue quasiment introuvable, et Ernest tente tant bien que mal de protéger sa famille et ses terres des voleurs et des imposteurs. Au générique on retrouve Michael Shannon, Kodi Smit-McPhee, Aimee Mullins, Nicholas Hoult et Elle Fanning. La sortie du film est prévue en France pour le 6 août prochain. À suivre une bande-annonce sous-titrée en français :

Lire la suite »

[musique] Reignwolf dans la série The Leftovers (HBO)


La série The Leftovers vient tout juste de débuter sur la chaîne HBO avec à son générique Justin Theroux, Amy Brenneman, Liv Tyler, Christopher Eccleston, et Brad Leland. Cet épisode pilote a été réalisé par Peter Berg -Friday Night Lights- (qui y fait également un caméo), la série étant inspirée du roman de Tom Perrotta, scénariste et créateur de la série avec Damon Lindelof -Lost-. Pour l'histoire, 2% de la population mondiale disparaît de la surface de la Terre sans laisser de trace, ni d'explication. Trois ans plus tard, la petite ville de Mapleton tente de faire le deuil de ces disparitions. Alors qu'une cérémonie du souvenir se prépare, le shérif Garvey s'inquiète des exaspérations des habitants, notamment envers un groupe vivant non loin de là, dont les actes ressemblent à ceux d'une secte. Dix épisodes composent cette première saison, ce pilote s'achevant sur un morceau musical de Reignwolf : Are you Satisfied ?

Lire la suite »

[bande-annonce] The Disappearance of Eleanor Rigby de Ned Benson


Écrit et réalisé par Ned Benson, The Disappearance of Eleanor Rigby est son premier long-métrage (ou plutôt ses premiers, le récit étant proposé en plusieurs volets). Le film dévoile sa première bande-annonce, avec à son générique Jessica Chastain, James McAvoy, Viola Davis, Bill Hader, Isabelle Huppert et William Hurt. Un couple se rencontre, s'aime, se marie. Leur histoire d'amour s'étiole à la suite d'un évènement tragique, Eleanor disparaît et ne souhaite pas que Conor la retrouve... Le titre du film est inspiré d'une chanson des Beatles (écrite par Paul McCartney & John Lennon) : Eleanor Rigby (1966). Pas encore de sortie prévue en France.

Lire la suite »

Jersey Boys de Clint Eastwood (2014)


Film de Clint Eastwood (2014).
Avec John Lloyd Young, Erich Bergen, Michael Lomenda, Johnny Cannizzaro, Erich Bergen, Christopher Walken, Mike Doyle, Erica Piccininni, Renée Marino...
Originaires du New Jersey, quatre musiciens créent le groupe The Four Seasons. Le film retrace leur parcours, leurs tubes et leurs déconvenues.
Biopic musical réalisé par Clint Eastwood, Jersey Boys a remporté un vif succès en comédie musicale sur les planches de Broadway, entre 2005 et 2011. Le film est alors l'occasion de découvrir au cinéma le récit de Frankie Valli et The Four Seasons dont l'air musical de leurs tubes est connu de tous. Le résultat sur grand écran est malheureusement loin d'être une réussite, une déception plutôt vexante. Quelques adjectifs pour décrire le long-métrage : terne et académique. Le manque d'énergie se ressent très rapidement, l'ennui s'évaporant légèrement quand les quatre garçons montent sur scène. Ayant débuté alors qu'ils sont encore adolescents, le choix des acteurs sur toute la durée du récit -de l'âge de 17 ans à plus de 50 ans, l'acteur John Lloyd Young (interprétant Frankie Valli) approchant des 40 ans- s'avère être une mauvaise décision (maquillages mal faits et peu crédibles), d'autant plus que l'acteur en question manque de charisme et de présence scénique, surtout pour un leader de groupe musical.

Les scènes sont répétitives, les passages où ils se disputent sont très longs, ordinaires et servant peu au propos du film. Parmi les originalités du long-métrage, les personnages s'adressent directement aux spectateurs en face caméra. Au début c'est un peu déroutant, et surtout, empruntés aux codes du théâtre, mais ce choix de cadrage apporte malgré tout une petite singularité au film. Les scènes musicales donnent parfois des fourmis dans les jambes mais l'enthousiasme communicatif de la scène fait partie des éléments qui auraient pu être nettement améliorés. La cerise sur le gâteau apparaît à la toute fin quand le film s'achève sur une excellente scène, en même temps que... le générique. Pourquoi ne pas avoir proposé de tels passages en amont, rythmés et entraînants, comme une comédie musicale finalement ? Jersey Boys était attrayant sur le papier, surtout pour ceux qui n'avaient pas vu le musical à Broadway, il en découle un film ressemblant à d'énièmes autres biopics : fade et vite oublié. 2-3/6
Lire la suite »

[photoshoot] Le casting de Rectify, par James Minchin (saison 2)


La série Rectify est en ce moment en cours de diffusion sur la chaîne Sundance TV, avec une seconde saison. Après avoir été emprisonné pendant 19 ans pour viol et meurtre, Daniel Holden (Aden Young) n'est plus condamné à mort et libéré suite à de nouvelles preuves ADN. Il tente alors de reconstruire sa vie, de retrouver ses repères, dans l'attente de son nouveau procès, sous les yeux de ceux qui le croient coupable. La série, que je vous conseille vivement, a été créée par Ray McKinnon, acteur surtout connu pour ses rôles dans Sons of Anarchy ou Deadwood. Ces photos ont été réalisées par James Minchin.

Lire la suite »

Maps to the Stars de David Cronenberg (2014)


Film de David Cronenberg (2014).
Avec Julianne Moore, Mia Wasikowska, Robert Pattinson, Sarah Gadon, Carrie Fisher, John Cusack, Olivia Williams, Evan Bird...
À Hollywood, tout tourne autour des arts de l'écran, ses jeunes stars imbues d'elle-mêmes, les parents à l'affût de nouveaux gros contrats, les actrices un peu plus vieilles cherchant à rester dans la course, sans oublier les assistants, esclaves des nombreuses sollicitations de ces stars...
[Pour garder plus de surprises devant le film, je vous déconseille de lire ce qui suit]

Le dernier film de David Cronenberg, Maps to the Stars, propose une cartographie hollywoodienne malade et altérée. Sans que cela ne paraisse vraiment étonnant, le découvrir à nouveau à l'écran enlève une grande part du supposé rêve hollywoodien. Les stars se prennent pour des rois, et des reines, l'activité cinématographique proposée par Cronenberg en guise d'exemples est pourtant loin d'être attrayante : remakes, suites de films insipides et autres tournages de projets s'apparentant à des succès comme Battlestar Galactica (mais étant loin du compte). Côté vie privée, ces stars enchaînent des décisions ridicules et autres lubies grotesques en lien, soit avec leur santé ultra-fragile (un rhume devenant rapidement une grippe), soit avec leur apparence physique (l'excès de gloss -pour faire jeune?- étant tout sauf avantageux), ou encore le confort excessif de déplacement (marcher 300 m à pied provoquant une sueur insurmontable...). 

Un autre portrait se dresse derrière ces personnalités excentriques : les comportements psychologiques et destructeurs. Fantômes, inceste, démence, la noirceur du passé continue d'engluer leur vie actuelle, comme si les démons ne pouvaient se détacher de leur esprit, malgré les nombreuses sessions de psychothérapie, internements et autres cures en centre de désintoxication. Le passé hante, revient sans cesse, les personnages cherchant néanmoins à le revivre : Havana (Julianne Moore) souhaite reprendre un rôle qu'a interprété sa mère, Agatha (Mia Wasikowska) est de retour auprès de son frère pour finir ce qu'elle a commencée des années plus tôt. Le film fait bien sûr penser à Sunset Boulevard ou What Ever Happened to Baby Jane?. Mommie Dearest est d'ailleurs cité par Havana, une amusante mention à Faye Dunaway qui joue le rôle de l'actrice Joan Crawford dont la relation avec sa fille adoptive a été synonyme de traumatismes pour cette dernière. Les mots de Paul Éluard et son poème Liberté sont cités tout au long du récit, une liberté qui s'acquiert ici en brisant des chaînes de manière irréversible. Maps to the Stars offre une image peu brillante de Hollywood, l'enchevêtrement de faits divers glauques accentue encore plus la représentation peu glorieuse du système. Même si le film manque parfois de puissance dans son propos, il se distingue par son excellent casting, Julianne Moore ayant reçu le Prix d'interprétation au dernier Festival de Cannes. 4/6
Lire la suite »

[bande-annonce] Jersey Boys de Clint Eastwood (2014)


Alors qu'il a réalisé quasiment un film par an depuis une bonne dizaine de longs-métrages, Clint Eastwood revient trois ans après J.Edgar avec Jersey Boys, l'adaptation d'une comédie musicale de Broadway signée Marshall Brickman et Rick Elice, qui ont également écrit le scénario du film. L'histoire se situe dans le New Jersey des années 60, avec la création du groupe The Four Seasons. Au générique on retrouve Christopher Walken, ainsi que John Lloyd Young, Erich Bergen, Vincent Piazza et Michael Lomenda dans le rôle des quatre musiciens. Sortie de Jersey Boys le 18 juin prochain. À suivre la bande-annonce sous-titrée et un lien Youtube d'une sélection de quatre de leurs titres les plus connus (Big Girls Don't Cry, Walk Like a Man, Can't Take My Eyes Off You, et Beggin).

Lire la suite »

[générique] Halt and Catch Fire, série créée par Christopher Cantwell & Christopher C. Rogers (AMC)


Nouvelle série diffusée sur la chaîne AMC, l'histoire de Halt and Catch Fire se situe dans les années 80 à Dallas, et se concentre sur l'univers de l'informatique avec les débuts des ordinateurs personnels. IBM possède encore le pouvoir de création du pc, Joe MacMillan (Lee Pace) va ainsi chercher à contourner cette domination en construisant son propre ordinateur, plus rapide et moins cher, avec l'aide de deux informaticiens (Scoot McNairy et Mackenzie Davis). La série compte dix épisodes et est diffusée depuis dimanche dernier. À suivre le générique réalisé par Patrick Clair et conçu par Antibody (qui ont également créé le générique de True Detective).


Halt and Catch Fire Main Titles from Patrick Clair on Vimeo.
Lire la suite »

[bande-annonce] The Double de Richard Ayoade


Trois ans après son premier long-métrage (Submarine), Richard Ayoade revient avec The Double, dont les rôles principaux sont interprétés par les acteurs Mia Wasikowska et Jesse Eisenberg. L'histoire raconte celle de Simon dont la vie tranquille est ébranlée par l'apparition de son sosie. Le film est une adaptation du roman éponyme de Dostoïevski (datant de 1846). La sortie dans les salles françaises est prévue pour le 13 août prochain.

Lire la suite »

La Chambre Bleue de Mathieu Amalric (2014)


Film de Mathieu Amalric (2014)
Musique de Grégoire Hetzel - Photographie de Christophe Beaucarne
Avec Mathieu Amalric, Stéphanie Cléau, Léa Drucker, Serge Bozon...
Une chambre bleue, un couple en plein ébat amoureux, quelques mots sont échangés, et passe devant la fenêtre de l'hôtel, le mari de la jeune femme...
Adapté d'un roman de Georges Simenon, La Chambre Bleue a été scénarisé par le couple phare du film (et couple à la ville) : Mathieu Amalric (Julien Gahyde) et Stéphanie Cléau (Esther Despierre). Le récit commence dans une chambre d'hôtel, avec les deux personnages en question. Le montage du film nous fait rapidement comprendre que l'histoire ne va pas être présentée dans son ordre chronologique. Un commissariat, des interrogatoires, et toujours cette chambre. Les détails de l'histoire sont ainsi révélés au fur et à mesure, entremêlés avec des éléments du passé. Le film étant très court (1h16), Mathieu Amalric propose alors un récit plutôt dynamique, sans épiloguer pendant des heures. Tourné en 1.33 : 1, les plans de La Chambre Bleue sont resserrés sur les personnages et les détails, embellis par la photographie de Christophe Beaucarne qui s'est beaucoup amusé avec la profondeur de champ et la mise en valeur de ces bleus (la chambre, les gendarmes, le tribunal...). La musique de Grégoire Hetzel apporte une touche d'autant plus énigmatique à l'ambiance générale du long-métrage. Intense et sensuel, La Chambre Bleue charme et questionne tout au long de son histoire, pas sûr que tout le monde soit d'accord sur le fin mot de cette histoire... 4/6

Le film a été sélectionné cette année au festival de Cannes, dans la section d'Un Certain Regard.
Les deux personnages de Julien (Mathieu Amalric) et Delphine (Léa Drucker) assistent à une séance de cinéma, le film projeté est L'Atalante de Jean Vigo (1934). Mathieu Amalric et Grégoire Hetzel sont ici en interview, revenant sur la bande originale utilisée et sur le film de Jean Vigo.
Lire la suite »

[photoshoot] Le Festival de Cannes pour Vanity Fair


Photographiés pour le compte du magazine Vanity Fair, plusieurs personnalités du Festival de Cannes sont passés devant l'objectif de Fabrice Dall'Anese, avec notamment Eva Green (pour The Salvation), Cate Blanchett (pour Dragons 2), Sarah Gadon, Mia Wasikowska et Julianne Moore (pour Maps to the Stars), Naomi Kawase (pour Still the Water), Dominic West (pour Pride), Gong Li (pour Coming Home), Amber Heard (pour rien du tout), Michael C.Hall (pour Cold in July), Alice et Alba Rohrwacher (pour Le Meraviglie) et Pierre Niney (pour l'autre film Yves Saint Laurent). Pour voir tous les clichés du photoshoot, c'est ici.

Lire la suite »
©2008-2014 - Tous les textes de ce blog sont de la propriété de son auteur.